Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
Méditerranée sur le
Twitter de @ecomnewsmed
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEENTREPRISESAGENDA
Ecomnews
Ecomnews

A PHP Error was encountered

Severity: Warning

Message: getimagesize(/uploads/illustration/french tech et numerique/ces-french-tech.png): failed to open stream: No such file or directory

Filename: views/article.php

Line Number: 51

75 75
02/01/2017 à 09:06
Le 5 janvier s’ouvre le Consumer Electronic Show de Las Vegas, le grand rendez-vous annuel mondi...

///   French Village CES 2017 sera le quartier général de la Tech francophone à Las Vegas !

par le

Le 5 janvier s’ouvre le Consumer Electronic Show de Las Vegas, le grand rendez-vous annuel mondial de l’électronique grand public, qui fête cette année ses 50 ans.

 CES French Tech

Le Consumer Electronic Show de Las Vegas, c'est quoi ?

C'est le grand rendez-vous annuel mondial de l’électronique grand public, qui aura lieu du 5 au 8 janvier 2017, et qui fête cette année ses 50 ans.

Le CES est un temps fort pour les startups de la French Tech. Il s’est imposé comme le salon mondial BtoB aujourd’hui incontournable pour toutes les entreprises et startups qui veulent lancer leurs produits, pénétrer le marché américain, rencontrer des distributeurs et investisseurs du monde entier, se faire repérer par les medias internationaux…

4 Régions françaises fortement représentées

4 Régions leader du Numérique français se sont fortement impliquées pour le Consumer Electronic Show de Las Vegas : Hauts-de-France, Normandie, Occitanie et Pays de la Loire. 

En effet, chefs de file du développement économique, les Régions jouent un rôle prépondérant dans la promotion internationale des entreprises numériques françaises. 

La Normandie était en 2013 la première Région à envoyer ses start-ups sur l'Eureka Park du CES (l'espace dédiés aux startup, réunissant les 515 meilleures startup mondiales sélectionnées par la CTA, cette année 170 seront françaises).

L'Occitanie, via Sud de France, constitue l'une des plus importantes délégations de startups encore cette année. 

Nadia Pellefigue, vice-présidente de la Région Occitanie/Pyrénées- Méditerranée en charge du développement économique, de la recherche, de l’innovation et de l’enseignement supérieur sera présente au CES à Las Vegas du 5 au 7 janvier 2017 pour soutenir le dynamisme des entreprises régionales centrées sur l’innovation.

La Région Hauts-de-France, qui a développé de nombreuses expertises digitales notamment dans le domaine du commerce et de la distribution sera également présente en force.

Ces Régions nouvellement fusionnées sont parvenues à construire une dynamique internationale forte en moins d'un an.

A lire aussi : Les pépites de l'écho-système montpelliérain

Enfin, Pays-de-la-Loire rayonne désormais mondialement grâce à la Cité des Objets Connectés d'Angers, lieu-totem de l'IOT français, qui a accueilli Gary Shapiro, Président de la CTA et du CES, le 24 octobre dernier, la veille du CES Unveiled qui s'est tenu au Palais Brongniart

La  French Tech, deuxième délégation mondiale dans l'Eureka Park, l'espace dédié aux start-ups. 

Cette année, la France représentera la 3ème présence mondiale au CES avec 275 entreprises et structures exposantes, après les Etats-Unis avec 1713 entreprises et la Chine 1307 entreprises.

Parmi ces entreprises françaises exposantes, la grande majorité sont des startups.

A lire aussi : 

Paca : 23 entreprises au CES de Las Végas

Bordeaux : 10 start-ups au CES de Las Végas


233 ont été recensées, dont 178 rien que dans l’Eureka Park, l’espace dédié aux startups.

Elles représentent dès lors la deuxième délégation mondiale de l'Eureka Park avec 32% des startups (Juste derrière les Etats-Unis -203 startups- et loin devant Israël, la Corée du sud ou encore la Chine).

Les startups françaises au CES étaient au nombre de 66 en 2015, 128 en 2016 et donc 178 en 2017. 

Au cœur de ce rassemblement de masse : l'Internet des objets, considéré par de nombreux analystes comme « la prochaine révolution industrielle ».

En France, l’IOT devrait enregistrer un chiffre d'affaires de 15,2 milliards d'euros en 2020, selon l'Institut Montaigne et le cabinet de conseil américain A.T. Kearney.

Pour quelles raisons la France se place-t-elle parmi les leaders mondiaux de l’Internet des Objets ?

«Ce marché est à la convergence de la science, de l’ingénierie, du marketing et du design. Or, dans ces domaines, la France compte d’incroyables talents.» Alexandre Ichaï, président de RobotLab.

Des ingénieurs et des designers de talent.

Les objets connectés font aujourd’hui appel aux plus grands designers et la France ne manque pas de ressources. De nombreuses écoles ont pris le tournant technologie et design : les Beaux-Arts, l'Université de technologie de Compiègne, ESAD… Par exemple, c’est Philippe Starck qui a signé le design du thermostat connecté de Netatmo et Emmanuel Nardin qui est l’auteur du design du Phantom de Devialet.

Un fort tissu industriel

La France bénéficie d’un tissu industriel développé et performant pour la sous-traitance de production électronique et logicielle.

En effet les principales sociétés européennes de services industriels en électronique sont localisées en France : Eolane, All Circuits, Asteel Flash, et Lacroix Electronics… Le secteur industriel a d’ailleurs bien compris son intérêt de s’investir dans ce virage numérique : leur permettant ainsi de réaliser facilement des démonstrateurs ou POC (proof of concept).

Un écosystème mature et spécialisé

Aujourd’hui nous voyons émerger sur le territoire français de plus en plus de structures d’accompagnement ou de financement spécialisées dans l’Iot : Incubateurs/accélérateurs : Usine IO à Paris, la Cité des objets connectés à Angers ou encore Hardware Club.

Investisseurs : Bpifrance et Sofinnova Partners sont les fonds qui investissent le plus dans l’IoT. Des fonds spécialisés sont également très actifs comme comme C4 Venture et HardwareClub.

Grands groupes : Engie, La Poste, Orange ou encore Air Liquide qui ont mis en place des accélérateurs en interne, partenariats avec des startups, ou encore fonds d’investissement. Distributeurs spécialisés : Innov8, Lick spécialisés dans la vente d’objets connectés.

Des expertises transversales Big data et Intelligence artificielle :

Avec le développement rapide des objets connectés et autres capteurs : le volume des données créées augmente proportionnellement. L’exploitation de ces données est le nouveau défi de l’Internet des objets.

Le Big Data et l’Intelligence Artificielle, vont prendre une nouvelle dimension en collectant, rassemblant et analysant cette manne de données générées : ce qui va alimenter les services proposés pour les rendre de plus en plus pertinents.

Déjà les startups françaises se sont positionnées sur ce secteur.

Snips est une startup de la French Tech fondée par Dr Rand Hindi et qui se donne pour mission de mettre de l’intelligence artificielle dans toutes les machines. Ils travaillent pour la NASA, Apple ou encore Google. 

Navya sera exposante au CES : Cette startup a lancé en 2015 une navette autonome : premier véhicule sans chauffeur de série à être commercialisé.

La sécurité des données : Le cabinet d'analyse Gartner prédit que 25 % des cyberattaques impliqueront des objets connectés en 2017. Il s’agit d’une des préoccupations majeures autour de l’IoT.

En effet les objets connectés ont un impact direct avec la réalité et l’humain (notamment dans les secteurs de la santé et du Home Appliance).

D’autres questions se posent notamment liées à la sécurité des données personnelles : régulièrement, reviennent dans les actualités des scandales de piratages de données, et de demandes de rançons contre la restitution de données dans le domaine médical surtout.

Des startups françaises, à l’ambition déjà internationale, sont déjà reconnues pour leur expertise dans ce domaine :

CybelAngel sera exposante au CES, elle propose des solutions de sécurité informatique qui détecte les fuites de données confidentielles.

Dans un autre registre, et également exposante dans l’Eureka Park, Iprotego s’est positionné sur l’E-réputation. La connectivité : La connectivité est un des enjeux majeurs de l’internet des objets. Il faut s’attendre à une bataille technologique et commerciale dans les années à venir.

Sur ce plan l’avantage comparatif des français est indéniable : en effet les deux technologies les plus utilisées à travers le monde sont d’origine française : Sigfox et LoRa (créée par la société Grenobloise Cycleo, acquise en 2012 par la société Californienne Semtech).

Les technologies sont différentes mais le principe est le même : permettre les communications M2M (Machine to Machine) en bas débit, peu consommatrices d’énergie.

Le Toulousain SigFox est aujourd'hui le premier fournisseur mondial d'une solution de connectivité dédiée à l'Internet des objets. Après 100M€ en 2015, il vient d’annoncer une levée en 150M€ en novembre 2016 : cette dernière levée va lui permettre de couvrir 60 pays d’ici 2018.

Les startups Actility, Quovisio ou encore Matooma présentent également des croissances très fortes.

Retrouvez la liste complète des startups françaises présentes au CES 2017 

Cette année encore, un rassemblement des startups françaises exposantes au CES est organisé à Paris avant le départ. La soirée a lieu le 14 décembre sur invitation des startups exclusivement.

Pour tout savoir en détail : ICI

French Tech

A lire aussi

0 commentaires SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.