Ecomnews - Adds
Interview vérité avec Nathalie Kosciusko-Morizet en tournée des régions
Par Yoann Hervey publié le 22 JUIL 2016 à 16:58
En visite au Business Innovation Center (BIC) de Montpellier (centre névralgique de la French Tech de Montpellier), la candidate à la primaire de "Les Républicains" et députée de l'Essonne a répondu aux questions d'Ecomnews concernant les grandes lignes politiques et économiques de son programme pré-présidentiel. Vidéo exclusive !

L'idée revient comme un leitmotiv assené à chacun de ses déplacements de campagne. La députée de l'Essonne en a même fait le titre de son dernier ouvrage publié aux éditions Albin Michel : "Nous avons changé de monde".

Derrière le truisme, la critique politique est acerbe. Et elle vise l'ensemble de l'échiquier politique. Droite comprise. Les conservatismes de tous bords doivent laisser la place à une politique pragmatique adaptée aux réalités économiques d'aujourd'hui et demain. 

"La politique est à la traine"

C'est pourquoi, pour la candidate à la primaire de "Les Républicains", en matière économique et sociétale, "la politique est à la traine". Verdict : "il est temps que ça change". Et c'est précisèment ce que se propose d'incarner sa ligne "originale" et "différente" qu'elle veut "modérée" sur le plan politique et "contemporaine" sur celui des propositions.

Des propositions "disruptives"

En matière d'emploi, le futur est, selon NKM, aux mains des travailleurs indépendants. "Toute une génération est en train de se rendre compte qu'il est aujourd'hui plus simple de se trouver des clients que des patrons" assène l'ancienne ministe de l'Ecologie pour qui il n'y aura bientôt plus de salariés en CDI et CDD mais uniquement des travailleurs oeuvrant pour leur propre compte. 

Le régime des retraites en prend lui aussi pour son grade puisqu'elle propose le remplacement du système actuel basé sur un âge légal de départ à la retraite par un sytème de "retraite à points" adapté aux inévitables et nombreuses mutations professionnelles des actifs. 

Concernant les Institutions, la Conseillère de Paris ne fait pas non plus dans la demie-mesure puisqu'elle trouve l'actuelle Constitution surannée et en appelle donc tacitement à l'édification d'une 6ème République. Fi donc du débat concernant le cumul des mandats, il est lui aussi déjà dépassé. 

2 % d'intentions de vote

Selon un sondage Ipsos pour le Cevipof et Le Monde le 6 juillet 2016, NKM est actuellement crédité de 2 % des intentions de vote au premier tour de la primaire. Alain Juppé, le maire de Bordeaux caracole en tête du sondage avec 38 % des suffrages contre 30 % pour Nicolas Sarkozy, candidat non-officiellement déclaré. Bruno Le Maire est à 16 % et François Fillon à 9 %.

Concernat les outsiders, Nadine Morano est à 1,5 %, Jean-François Copé 1 %, Henri Guaino 1 %, Hervé Mariton 0,5 %, Frédéric Lefebvre 0,5 %, Geoffroy Didier 0,5 %, Jacques Myard et Jean-Frédéric Poisson moins de 0,5 %.

Parrainages : la moitié du chemin déjà fait

A ce jour, l'ancienne maire de Longjumeau n'a pas encore obtenu les parrainages nécessaire à son éligibilité. Elle a récemment indiqué en être à "un peu plus de la moitié du chemin", tout en excluant "l’hypothèse de ne pas avoir les parrainages".

Pour rappel, chacun des candidats a besoin du soutien de 250 grands élus (maires, conseillers régionaux répartis sur 30 départements) ainsi que de l'appui de 20 parlementaires et de 2.500 adhérents. La date limite pour le dépôt des candidatures est fixée au 9 septembre 2016. Le scrutin, lui, aura lieu le dimanche 20 novembre 2016, avec, si nécessaire, un second tour le 27 novembre.

Ecomnews - Adds