Ecomnews - Adds
Aix-Marseille : Victime de son succès, Provence Promotion recherche des mètres carrés
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 05 AVR 2019 à 09:25
L’agence de développement économique d’Aix-Marseille-Provence a dévoilé le 2 avril dernier le bilan d’activité 2018. Les 91 missions de prospection en France et à l’étranger, les rencontres d’entreprises lors de salons professionnels ont porté leurs fruits, 75 sociétés accompagnées par Provence Promotion ayant choisi de s’implanter sur Aix-Marseille et le pays d’Arles.

Le président de l’agence Jean-Luc Chauvin, également président de la CCI Marseille-Provence, qui vise les 80 implantations en 2019, entend se donner les moyens d’aller plus loin.

« Notre rôle consiste à détecter les entreprises qui veulent s’implanter et à leur faire des propositions. Dans un contexte de compétition avec d’autres grandes métropoles, si nous n’avons pas de foncier aux standards internationaux disponible sous 18 à 24 mois, nous ne sommes pas retenus malgré nos atouts », a commenté Jean-Luc Chauvin, le 2 avril dernier, lors de la présentation du bilan annuel de Provence Promotion.

Une cité scolaire internationale et des longs courriers

Et les mètres carrés font cruellement défaut en particulier à Aix-en-Provence, à Luminy et dans le quartier Euroméditerranée de Marseille où l’agence, après avoir installé la centaine de salariés d’Infosys, s’attèle désormais à trouver des locaux pour les 200 employés de Ceva. Suite à l’OPA exercée par CMA CGM, le logisticien helvétique prévoit en 2019 d’ancrer son siège à proximité de la tour Saadé.

Autre requête exprimée par les entreprises récemment implantées et relayée par l’élu consulaire, l’absence d’une cité scolaire internationale.

« Cette école est indispensable sous trois ans. Nous avons du retard à rattraper. Nous devons également développer des lignes aériennes directes internationales entre Marseille et la Côte Est des États-Unis, Shanghai, le Moyen-Orient. Nous travaillons également au déploiement en 2019 de lignes directes vers l’Éthiopie, l’Afrique anglophone », précise Jean-Luc Chauvin qui se félicite de la mise en place par Aigle Azur de vols directs vers la Russie.

Des liaisons destinées à répondre à l’internationalisation croissante des entreprises qui s’implantent en Provence. Celles-ci ont représenté 51% des sociétés installées en 2018 concentrant 43% des 1800 emplois nouvellement créés à trois ans avec, en tête, l’Amérique du Nord, le Royaume Uni, l’Espagne et l’Allemagne.

« 10% d’entreprises proviennent du bassin Méditerranéen. En 2018, nous avons accompagné Green Solution (Tunisie), Alto Solution (Maroc), LSPA (Algérie) », détaille Philippe Stéfanini, directeur général de Provence Promotion.

?id=JmLvmXrmlZFn1sall8QWaUE7ThVBnn2l
De G. à dte : Philippe Stéfanini, Jean-Luc Chauvin et Béatrice Aliphat, respectivement directeur général, président et vice-présidente de Provence Promotion. A leurs côtés, Maximilian Bock, fondateur de Netwookie et Jaikrishnan Radhakrishna Pillai, fondateur de Bovlabs. ©NBC

Six filières phare L’agence qui compte une équipe de vingt personnes, chargés de mission, prospecte six filières : l’économie numérique, l’environnement et l’éco-industrie, le maritime et la logistique, l’art de vivre, la mécanique, l’aéronautique et le naval, la santé et le bien-être.

Quelques belles prises de guerre ont été réalisées ces derniers mois : l’usine européenne du groupe chinois Quechen (105 millions d'€), la plate-forme logistique de Biocoop (80 millions d'€) ou encore la réalisation du marché de gros en textile MIF 68.

« A cause du Brexit, nous avons songé à nous relocaliser en Europe. Paris, à la différence de Marseille, n’a pas les yeux rivés sur l’Afrique. La ville possède des talents africains qui ont une bonne connaissance des marchés locaux. Par ailleurs, étant une start-up à impact social, nous avons été sélectionnés par thecamp aux côtés de Bovlabs », explique Maximilian Bock, cofondateur de Netwookie.

Ce docteur en physique a décidé avec sa plate-forme de services de s’attaquer au sujet de l’économie informelle qui touche 650 millions de personnes en Afrique. Son application lancée au Kenya sera prochainement disponible au Maroc.

Nathalie BUREAU DU COLOMBIER en direct de Marseille

Ecomnews - Adds