Ecomnews - Adds
Alès Agglo : La vie culturelle, une relance en pleine réflexion
Par Redaction publié le 26 MAI 2020 à 10:00
La mise en place des mesures barrières contre le Covid-19 a eu des conséquences lourdes sur l'écosystème culturel. S’il est évident que les acteurs/actrices, musiciens sont touchés, c’est aussi le cas de l’ensemble des personnes travaillant dans les coulisses… Comment redémarrer ce secteur après une longue période d’arrêt ? Un travail de longue haleine…

Une baisse de fréquentation importante dans l’ensemble des milieux culturels

A Alès, l’heure est à la constatation. Que cela soit pour le musée Pierre André Benoit, Maison Rouge ou pour l’exposition ”Sauvages” à Saint-Jean-du-Gard le constat est le même : Les annulations des événements et une baisse de fréquentation est à prévoir.

D’après le musée Pierre André Benoit “Sur l’année 2020, nous aurons peut-être une baisse de l’ordre de 30%”. Un coup dur pour le monde du spectacle. L’ensemble des établissements culturels comptent sur la solidarité locale pour maintenir une fréquentation cet été.

Au Cratère Théatre, quinze spectacles n’ont pas pu avoir lieu. Pour Denis Lafaurie, directeur de la scène nationale alésienne : « La chaîne de production et de coproduction emploie beaucoup de monde dans le spectacle et, au bout de la chaîne, il y a les artistes et les créateurs. Ils sont touchés de plein fouet par une crise où ce qui est l’essence même du spectacle, la proximité, est aujourd’hui devenu un problème. »

Notre fréquentation la plus importante, nous la faisons généralement en été, avec les touristes étrangers. Cette année, nous comptons sur les visiteurs locaux et ceux des départements limitrophes” explique Carole Hyza, Conservatrice des Musées d’Alès.

C’est donc un été déterminant pour le secteur culturel et pour son avenir.

?id=bCP8qDCxNUps5WVcY5sZI0yJwp4jGsPG

Le monde culturel doit se réinventer

Les annulations ont été nombreuses depuis le début du confinement. C’est pourquoi la saison 2020-2021 risque d’avoir un calendrier chargé. La proximité qui est l’essence même du spectacle est devenue une problématique avec laquelle les organisateurs doivent travailler et repenser, pour continuer à faire vivre le spectacle en période post-confinement.

Tout l’enjeu d’aujourd’hui est de trouver de nouvelles formes de spectacles en étant prudent sur le risque sanitaire. Il est évident qu’il faut prendre en compte dans cette transformation la crainte des français et leur possible réticence à revenir normalement dans des lieux clos pour voir un spectacle.

Selon le rapport Bricaire/Audiens : “Nous devrons réduire le nombre de personnes accueillies entre 200 et 300. Sur une salle de 800 places, cela peut dénaturer complètement un spectacle et son impact. Nous devons travailler avec les artistes pour imaginer de nouvelles formes de présentations ou de diffusion des spectacles, avec les moyens que nous avons. Pourquoi pas des captations en direct…

Un moral en berne chez les représentants de spectacle

Les difficultés auxquelles les organisateurs de spectacle vont devoir faire face dans les prochains mois (respect de la distanciation sociale, licenciements…) risquent d’avoir des conséquences importantes sur le moral des troupes et donc sur l’aspect social du monde du spectacle. De nombreux témoignages, l’affirment…

D’après le Pôle Cirque National La Verrerie : “ L’outil informatique a permis de combler un vide, mais faire société, créer du lien social, ça ne se fait pas à distance. Nous sommes des humains, nous avons besoin d’être ensemble, côte à côte, pour rire, nous émouvoir.

André Madrignac, directeur de la compagnie Les Lendemains, à Champclauson : “Il faut s’attendre à des contrecoups jusqu’à fin 2021, mais qui ne peuvent pas être estimés aujourd’hui. Certaines compagnies vont disparaître dans les prochains dix-huit mois, ce qui aura fatalement un impact diffus pour tout le secteur : les artistes, les lieux de résidences et de diffusions, les organisateurs d’événements, les mairies… Nous planifions une programmation estivale pour notre Cabaret de Champclauson, avec des artistes locaux ayant de petites structures.

?id=8AWzvG18ENBAUoSAPByGtJFGgISXEeJv

Qu’en est-il pour le cinéma ?

Le 38 ème Festival Cinéma d’Alès - Itinérances a été annulé une semaine avant son lancement. Avec 48 000 spectateurs attendus, ce sont 160 000 € de recettes qui s’envolent sur l’édition 2020, près d’un tiers du budget du festival… « C’est également un coup dur pour l’économie locale. La culture est un marqueur important sur Alès Agglomération. L’absence des artistes a mis en lumière leur capacité à faire vivre un territoire », avance Antoine Leclerc, directeur général du festival alésien.

Le cinéma quant à lui a certainement plus de chance de trouver un équilibre dans cette transformation. Si les annonces gouvernementales vont être déterminantes pour le secteur et la possibilité de rouvrir les salles, il est possible pour les établissements de le faire en plein air. Une aubaine pour le secteur qui va pouvoir se réinventer et peut être travailler sur une autre image du cinéma. Un bonne nouvelle pour le festival Ciné Été de l’Agglo d’Alès.

Jade Bouniol

Ecomnews - Adds