Ecomnews - Adds
Auvergne Rhône-Alpes : La reconquête des déserts médicaux, un enjeu majeur pour la Région
Par Denys Bédarride publié le 24 OCT 2018 à 09:06
Soutenir le développement des maisons de santé, la modernisation des hôpitaux des zones rurales, encourager l’installation de médecins en zone rurale, autant d’actions mises en place par la Région Auvergne Rhône-Alpes pour lutter contre les déserts médicaux.

Lutter contre la désertification médicale dans les zones rurales françaises est l’un des enjeux majeurs de santé publique de ce début de XXIe siècle. Pour booster le développement des maisons de santé, la Région a doublé ses aides pour les projets de création ou d’extension (200000 € au lieu de 100000 €).

Depuis 2016, 80 maisons de santé ont été construites (pour un montant total de 12,4 millions d’euros), 28 ayant été financées sur la seule année 2018. Auvergne-Rhône-Alpes est déjà « la 1re région de France en nombre de maisons de santé ».

Expérimenter de nouvelles solutions

« Nous luttons contre la désertification médicale en soutenant des projets de maisons et de centres de santé, mais dans le même temps, nous accompagnons des projets innovants au service des territoires », explique Dominique Despras, vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes délégué aux politiques sociales, à la santé et à la famille.

À son tour, le président de la Région Laurent Wauquiez assure : « Nous poursuivons notre action non seulement avec la réhabilitation des hôpitaux de proximité, mais aussi en expérimentant de nouvelles solutions pour assurer un accès aux soins à tous nos habitants. »

Afin d’inciter des médecins à s’installer, la Région favorise aussi les stages des internes en zone rurale grâce à des bourses revalorisées, et a mis en place une prime d’engagement à l’installation (de 10000 €), qui garantira d’ici 2019 l’installation de 36 bénéficiaires, pour une durée minimale de 2 ans.

Des bus médicalisés sur les routes

Au chapitre des solutions nouvelles, les cabinets de téléconsultation seront soutenus, la Région finançant les équipements et le matériel nécessaires (25000 € par cabinet).

Enfin, des centres de santé intitulés Dok’ici, composés de médecins généralistes et d’un ou une infirmière, s’installeront dans des zones prioritaires.

En complément de leur activité classique, ils disposeront d’un bus médicalisé, autrement dit un véritable cabinet médical itinérant, grâce auquel chaque médecin ira consulter une à trois fois par semaine au cœur-même des territoires qui en ont besoin.

L’aide Région prévue est de 200000 € par centre, et 100000 € par bus Dok’ici.

Ecomnews - Adds