Ecomnews - Adds
Bordeaux : La stratégie de relance des vins par les vendeurs
Par Redaction publié le 08 JUIL 2020 à 09:45
La crise du coronavirus a eu des conséquences commerciales importantes pour les vins de Bordeaux. Les vignobles bordelais multiplient les initiatives innovantes afin de se différencier et de retrouver une activité d’avant crise. Zoom sur les différentes méthodes misent en place par les vignerons.

Les opérateurs se réinventent et enchainent les innovations.

Parmi ces nouvelles approches se trouvent des packagings modernisés, des cuvées sans sulfites ajoutés, des engagements environnementaux et des cépages pour le moins originaux à Bordeaux.

Benoit Tocard, le premier vigneron à planter du chardonay en 2011 à Bordeaux explique que c’est grâce à cette cuvé originale qu’il a pu faire une bonne promotion de son vin rouge le Saint-Emilion.

Ce chardonnay est produit en petit volume et a un prix de vente de 50€ la bouteille. Cette nouveauté hors AOC renvoie une image plus vigneronne de Bordeaux qu’elle ne l’est habituellement et attire les journalistes et restaurateurs. Les cépages originaux deviennent une mode.

Selon Loïc Pasquet, le créateur de Liber Pater qui affiche le titre de vin le plus cher au monde depuis l’an dernier, faire du chardonnay à Bordeaux n’a pas d’intérêt. Un chardonnay bordelais ne sera pas meilleur qu’en Bourgogne.

Selon lui il faut utiliser les cépages historiques de la région qui sont adaptés aux sols et aux climats bordelais comme le sémillon par exemple. Il promeut un vin de France avec l’histoire d’un savoir-faire et non un vin typé qui ressemble au goût d’une AOC.

Cette approche de production se base sur une forte diversification mais également sur les attentes du consommateur.

Les vins de Bordeaux doivent répondre aux attentes en relevant le challenge écologique.

Pour cela le président des vignobles André Lurton compte intégrer le label Zéro Résidus et Pesticide en renforçant les valeurs des vins de Bordeaux.

Ces méthodes sont visibles par le consommateur sur les packagings des cuvées. Ainsi le vigneron tente de rajeunir ses cuvées pour séduire de nouveaux consommateurs.

Le Côte de Blaye bio est l’exemple type de cette innovation avec son étiquette moderne et son style frais et fruité. Il casse les codes des vins bordelais.

Le but est donc pour les producteurs de travailler moins d’hectares, mais toujours plus manuellement pour consolider une image artisanale et durable qui fait défaut à Bordeaux.

La crise des vins apparait donc comme une opportunité de réinvention. Il faut cependant que les producteurs voient ces innovations sur le long terme et non pas juste comme une solution de sortie de crise.

Clémentine Obéniche

Ecomnews - Adds