Ecomnews - Adds
Carcassonne : 5 ans après avoir sauvé leurs emplois, que deviennent les salariés de « La Belle Aude » ?
Par Johanne Eva Desvages publié le 23 AOÛT 2019 à 09:19
En 2013, l'industriel Pilpa souhaitait fermer son usine de Carcassonne pour la délocaliser en Pologne. C’était sans compter sur les employés, bien décidés à garder leurs emplois et rester sur ce territoire de l’Aude. Après des mois de négociations et des licenciements importants, certains salariés ont rebondi en créant leur propre marque coopérative. De la glace industrielle, ils sont passés à la fabrication artisanale... Et connaissent un succès incroyable.

Nous trouvons aujourd'hui leurs produits dans toutes les grandes enseignes du sud de la France, Leclerc, Super U, Carrefour, Auchan, Intermarché… de Clermont-Ferrand à Banyuls-sur-Mer.

Si « La Belle Aude » est aujourd’hui à l’équilibre, avec un chiffre d’affaires de 2,6 millions d’euros en 2018 et une croissance de 10 à 15% par an, le chemin a pourtant été semé d'embuches.

Lorsque les salariés de Pilpa ont été congédiés en 2013, il a fallu repartir de zéro. Se lancer dans un nouveau projet, créer une nouvelle marque, lui trouver un nom et proposer un produit différencié… De la glace industrielle, ils sont passés à la fabrication artisanale.

« On voulait répondre à ce sentiment d'injustice sociale. Nous avions aussi des convictions profondes, on voulait mettre en valeur des produits de qualité alors on s’est lancé. On n’a jamais regretté » se remémore Christophe, le président de la Fabrique du Sud, société coopérative ouvrière de production produisant les glaces La Belle Aude.

Des recrutements à venir...

Il fait partie de ceux qui ont mené « la lutte » en 2012 et 2013, notamment pour récupérer les machines utilisées pour la fabrication des glaces.

C’est un an plus tard, le 1er avril 2014, qu’est née la coopérative. A sa création, 19 personnes ont pris part au projet. « Depuis, on a recruté des commerciaux » précise le dirigeant. L’entreprise, fière de produire des glaces « sans colorants » et d'utiliser des produits « haut-de-gamme », compte aujourd’hui 23 salariés. Et d’autres recrutements sont encore à venir.

« Nous avons plusieurs départs à la retraite prévus pour 2020 donc il va falloir transmettre ce savoir-faire. Nous sommes actuellement en processus de recrutement sur la partie Recherche Développement et Qualité, et nous cherchons aussi un chef de ligne pour cet automne » conclut Christophe.

Un beau parcours pour les crèmes glacées de La Fabrique et ses artisans passionnés.

Ecomnews - Adds