Ecomnews - Adds
Clermont-Ferrand : Le Centre Jaude retrouve peu à peu son niveau habituel de fréquentation
Par Redaction publié le 18 JUIN 2020 à 09:34
Depuis le 11 mai, les 130 commerces du Centre Jaude 1 et 2 ont rouvert leurs portes aux clients en adoptant le protocole sanitaire demandé par le Gouvernement. Néanmoins ce n’est que depuis le 11 juin, avec l’allégement des restrictions sanitaires, que le centre retrouve son taux de fréquentation quasi-normal.

Au lendemain du confinement les règles sanitaires étaient très strictes : comptage manuel des visiteurs par les agents de sécurité ou bien encore prise de température des clients qui le souhaitaient.

Ce 11 juin dernier les règles se sont allégées et les commerces ont retrouvé une certaine activité, tout en respectant les gestes barrières imposés (port du masque, lavage de main, respect du sens de circulation). Le comptage des visiteurs se fait désormais via un système de caméras.

Le complexe de 30 000 m2 a dû s’adapter aux restrictions sanitaires. Les magasins, par exemple, doivent limiter le nombre de clients à 10 personnes en même temps dans leurs locaux. Ces barrières sanitaires bloquent l’activité des enseignes alors que celles-ci ont déjà subi les deux mois de non-activité.

Bien que d’après Christophe Juillet le directeur du Centre Jaude, 50% des clients sont sensibles aux questions liées au Covid-19, et 50% n’y prêtent pas attention, la capacité maximale d’accueil du centre n’a pas été atteinte. Le 13 juin dernier 1 164 clients se promenaient dans les allés du Centre Jaude 2 alors que sa capacité d’accueil maximale est fixée à 1 900.

Se pose alors la question des loyers commerciaux. Représentant 15% voir 20% de leur chiffre d’affaires, les commerçants souhaitent que les charges dues pendant la période de confinement soient supprimées. Bien qu’un geste solidaire ait été mis en place pour les TPE de moins de 10 salariés, les aides ne sont pas suffisantes pour ces commerçants en difficultés.

Le ministère de l’Economie a alors annoncé début juin le report des trois mois de loyers des commerçants locataires qui ont été affectés par la crise du Covid-19.

Clémentine Obeniche

Ecomnews - Adds