Ecomnews - Adds
Commerce extérieur en Auvergne-Rhône-Alpes : 2017 une année record mais ralentissement en 2018
Par Denys Bédarride publié le 11 DEC 2018 à 09:00
Les exportations de biens d’Auvergne-Rhône-Alpes ont dépassé les 60 milliards d’euros en 2017, établissant un nouveau record. 16 426 entreprises ayant leur siège social dans la région ont contribué à ces exportations. Parmi celles-ci, on estime à 10 500 le nombre d’exportateurs réguliers. La région est à l’origine de 13 % des exportations françaises en valeur, au troisième rang derrière l’Ile-de-France et le Grand Est.

Les importations régionales ont représenté plus de 60,1 milliards d’euros, soit là encore un niveau record. Avec 11,1 % des importations nationales, Auvergne-Rhône-Alpes se classe également en troisième position des régions françaises derrière l’Ile-de-France et les Hauts-de-France.

L’année 2017 s’est soldée par un déficit commercial modéré de 87 millions d’euros en Auvergne-Rhône-Alpes. Huit des treize régions de France métropolitaine ont affiché un solde commercial négatif.

De fortes spécificités de secteur

Parmi les principales catégories de produits exportées par la région figurent les produits chimiques, parfums et cosmétiques, les machines, ainsi que les produits informatiques, électroniques et optiques. Ces trois catégories totalisent à elles seules près de 40 % des exportations régionales.

Les produits chimiques et les machines d’usage général et spécifique représentent respectivement 8,1 et 7,6 milliards d’euros d’exportations. Viennent ensuite les produits pharmaceutiques (4,7 milliards), le matériel électrique (3,7 milliards) et les compo- sants et cartes électroniques (3,3 milliards).

Auvergne-Rhône-Alpes se classe au premier rang des régions françaises pour les exportations de machines industrielles, d’équipements électriques et de caoutchouc-plastiques.

La région concentre à elle seule presque la moitié des exporta- tions françaises de composants et cartes électroniques (44 %) et plus du tiers de celles de machines spécifiques (36 %).

Les exportations régionales sont davantage tournées vers l’Union européenne que ne le sont les exportations françaises. C’est en particulier le cas vers les pays ayant adhéré à l’UE depuis 2004 (Europe centrale et orientale notamment), qui concentrent 7,7 % des exportations régionales contre 6,1 % des ex- portations françaises. Les autres pays européens représentent également des débouchés plus conséquents pour la région que pour la France, avec respectivement 7,6 % et 5,7 % des ventes totales.

En revanche, les exportations à destination du continent asiatique pèsent moins en Auvergne-Rhône-Alpes (10,0 %) qu’en France (13,3 %), de même que celles tournées vers l’Amérique du Nord (8,2 % contre 8,8 %).

L’Allemagne est le premier pays client de la région avec plus de 9 milliards d’euros d’exportations. Elle est suivie par l’Italie (6 milliards) et l’Espagne (5,1 milliards). Ce trio de tête repré- sente à lui seul plus du tiers des exportations régionales. Si l’on y ajoute les États Unis et le Royaume-Uni, la part des exportations régionales concernées atteint presque la moitié (47,2 %). Bien que dans un ordre différent, les quatre premiers pays cités repré- sentent également les principaux clients de la France. Tel n’est pas le cas en revanche du Royaume-Uni, devancé par la Belgique pour ce qui concerne le niveau national.

Comme au niveau national, les principaux pays fournisseurs d’Auvergne-Rhône-Alpes sont l’Allemagne, l’Italie et la Chine. Ils représentent à eux seuls près de 40 % des importations régionales et sont suivis de l’Espagne et des États-Unis.

L’export renoue avec la croissance, mais sans prolongement début 2018

Après une croissance modeste l’année précédente, les échanges extérieurs de biens ont nettement accéléré en 2017. Les exportations ont progressé de 5,2 % en valeur, soit près de 3 milliards d’euros supplémentaires. En 2016, les exportations n’avaient progressé que de 0,7 %. La hausse des importations a été plus sensible encore. Après 1,8 % l’année précédente, elle a atteint 7,4 % en 2017, soit plus de 4,1 milliards d’euros supplé- mentaires.

Comme lors des années précédentes, les échanges internationaux ont été plus soutenus dans la région qu’au niveau national, exportations et importations françaises ayant respective- ment augmenté de 4,5 % et 6,6 %.

Ce dynamisme des échanges régionaux fait écho à la forte croissance du commerce mondial de marchandises intervenue en 2017 : + 4,7 % en volume, soit la plus nette hausse depuis 2011. Les facteurs conjoncturels tels que la progression des dépenses d’investissement et de consommation ont largement contribué à cet essor. Les évolutions en valeur ont été plus sensibles encore, reflétant à la fois l’augmentation des quantités et des prix. Exprimées en dollars, les exportations mondiales de marchandises ont ainsi augmenté de 10,7 % .

Les premier et quatrième trimestres 2017 ont été particulièrement favorables aux exportations, avec des évolutions sur un an comprises entre + 6 % et + 8 %. Les progressions ont été plus modérées en milieu d’année, de l’ordre de 2 % à 4 %.

Le rythme soutenu de la fin 2017 ne s’est pas prolongé début 2018 : au 1er trimestre, la valeur des exportations de la région stagne (+ 0,6 %) et au 2e trimestre, un recul de 2,8 % sur un an est enre- gistré. Au plan national, les exportations sont restées orientées à la hausse : + 3,9 % au 1er trimestre et + 2,2 % au deuxième.

Selon les premières données disponibles, un redressement s’est opéré au 3e trimestre avec + 2,7 % à l’export en Auvergne-Rhône-Alpes.

La dynamique à l’import s’est en revanche vérifiée tout au long de l’année 2017, chaque trimestre affichant une hausse de plus de 6 % par rapport à l’année précédente, du fait notamment du renchérissement des importations d’hydrocarbures.

Début 2018, même si le rythme de progression ralentit, la valeur des importations est toujours en hausse : + 2,9 % au premier trimestre, + 4,6 % au deuxième et + 1,6 % au troisième.

Les importations asiatiques toujours en progression

C’est en provenance d’Afrique du Nord que les importations ont été les plus dynamiques (+ 31,4 %), particulièrement en provenance de l’Algérie dans le contexte de hausse du prix des hydrocarbures.

Celles issues d’Amérique centrale et du sud ont augmenté de l’ordre de 10 %, de même que celles d’Asie. On note en particu- lier + 6,4 % depuis le Japon, + 8,4 % depuis la Chine-Hong Kong et + 19,9 % depuis la Malaisie. Depuis l’Amérique centrale et du sud, la tendance se poursuit début 2018. Depuis l’Asie, les importations se sont stabilisées au 1er trimestre puis tassées au 2e (- 2,1 %).

Les achats à nos partenaires de l’Union européenne ont augmenté de 7,4 %, avec des progressions à deux chiffres en provenance d’Es- pagne et des Pays-Bas. Les importations issues d’Allemagne ont éga- lement été dynamiques (+ 6,8 %) mais celles issues du Royaume- Uni n’ont que faiblement augmenté (+ 1,3 %).

Les importations issues de la zone “États-Unis, Mexique, Canada” se sont tassées de 2,8 % (avec - 2,4 % pour les États-Unis). De très nets reculs ont été enregistrés pour les pays africains hors Afrique du Nord (- 33,4 %) et pour ceux de la Communauté des États Indépendants (- 25,9 %), la valeur des importations en provenance de Russie ayant notamment été réduite de plus de moitié.

?id=Je4oPFCXSUNxnIypUefXzolxpva9dVFx

Ecomnews - Adds