Ecomnews - Adds
Haute-Garonne : Le Conseil départemental réaffirme son rôle en matière de cohésion territoriale
Par Guillaume Bernard publié le 24 JAN 2019 à 12:00
Alerté par le mouvement des Gilets jaunes, dont il soutient les actions pacifiques, Georges Méric, président du Conseil départemental de Haute-Garonne, a insisté lors de ses voeux sur le rôle du département vis-à-vis des territoires les plus enclavés et des populations les plus en difficulté.

La France périphérique, ce sont les campagnes, mais aussi les banlieues, le périurbain et les montagnes. En Haute-Garonne, nous avons les quatre”, a déclaré Georges Méric, président du Conseil départemental de Haute-Garonne, lors de ses voeux.

Au programme de 2019 donc, la volonté d’inclure davantage les populations et les territoires en difficulté notamment en développant, entre 2019 et 2022 la fibre optique sur l’ensemble du territoire haut-garonnais hors Toulouse Métropole, Muret, Plaisance-du-Touch et Ramonville-Saint-Agne où interviennent des opérateurs privés.

Nous serons un des premiers départements à le faire”, a insisté Maryse Vezat-Baronia, vice-présidente du Conseil départemental chargée du développement territorial, de l’aménagement du territoire et du tourisme.

Ces installations concernent 278 000 foyers pour un budget total de 533 millions d’euros dont 31 millions assumés par l’Etat, la Région et le Département.

Contre l’hyper-concentration toulousaine

Le Conseil départemental a également rappelé par la voix de Sébastien Vincini les défis imposés par l'hyper-concentration toulousaine.

“Toulouse et Montpellier sont les deux plus mauvais élèves en matière de rayonnement de leur métropole,” constate le rapporteur général du budget et premier secrétaire du Parti Socialiste 31, en se référant au dernier rapport de l’INSEE.

“Tout le monde veut installer son entreprise intra-muros, ce qui crée des conditions de circulation automobile intenables.”

Cette hyper-concentration est le motif pour lequel le Conseil départemental refuse d’être fusionné avec Toulouse Métropole, prenant exemple sur le modèle lyonnais, qui a récupéré l'intégralité des pouvoirs du Département à l'intérieur de son périmètre.

“ 93% du territoire de la Haute-Garonne se trouve hors métropole, la fusion n’est donc pas acceptable” a rappelé Georges Méric. Il préfère à cette fusion le protocole d’accord de coopération, conclu le 29 juin 2018 avec la métropole, qui dénombre quatre thématiques sur lesquelles ces deux institutions vont travailler main dans la main : la mobilité, l’attractivité des territoires, la politique de l’habitat et la construction de dix collèges sur le territoire métropolitain à l’horizon 2024.

?id=91wAST4na7qMz2txu3anDJZ9VXZFYaIG

Solidarité et écologie au coeur du programme du département pour 2019

Face à la macrocéphalie toulousaine le Conseil départemental a réaffirmé son rôle en matière de transports publics : “Nous gérons 55 lignes de bus et les avons rendues gratuites pour les plus de 65 ans, les demandeurs d'emploi et les jeunes en formation.

En ce qui concerne la voiture, notre programme Zap 31 permet de diminuer de 20% à 50% le tarif de l'abonnement aux péages et d’accompagner ainsi les captifs de l’automobile.”

Une volonté d’aider les moins aisés à laquelle est consacré plus de 50% du budget du Conseil départemental. En effet 323 millions d’euros sur les 508 millions investis ont permis de soutenir la “solidarité départementale”. Ainsi le Département annonce la création de sept maisons des solidarités supplémentaires, ce qui porte leur nombre à trente, et le maintien des dispositifs permettant aux 32 324 allocataires du RSA en Haute-Garonne de bénéficier d’un accompagnement personnalisé vers le retour à l’emploi.

Enfin, le volet écologique n’a pas été oublié. Le Département y alloue 150 millions d’euros pour mener un programme de 41 actions phares, réparties autour de 6 axes principaux.

Parmi elles, le lancement d’une grande concertation sur le bassin “Garonne amont” victime de la diminution des débits due à la sécheresse.

Pour 2019, Jean-Michel Fabre, vice-président du Conseil départemental en charge du logement, du développement durable et du plan climat, a également annoncé le classement de 200 hectares supplémentaires d’Espaces Naturels Sensibles ainsi que la poursuite du plan d’action pour limiter les coulées de boue sur les routes départementales.

En direct de Toulouse Guillaume Bernard

Ecomnews - Adds