Ecomnews - Adds
Le Département de l'Isère doit t-il continuer de soutenir l'aéroport international de Grenoble-Alpes-Isère ?
Par Christol Léa publié le 08 JUIN 2019 à 08:00
Alors que certains dénoncent un « gaspillage d'argent public » pour l'aéroport Grenoble-Alpes-Isère, la majorité des élus du Département n'accepte pas ce positionnement.

Le président du Département, Jean-Pierre Barbier (LR) en avril 2019, a annoncé un investissement de 11 millions d'euros pour permettre à l’Enac (Ecole nationale de l'aviation civile) de disposer de nouveaux locaux, plus modernes. De quoi agacer les élus du Rassemblement des Citoyens Solidarité et Ecologie (RCSE) au Conseil départemental.

Une opposition qui critiquait déjà en janvier 2019 « un gaspillage d'argent public pour maintenir un équipement structurellement déficitaire » .

Pour Jean Claude Peyrin (LR) vice-président du Département chargé des transports et des mobilités, cette appréciation est « dogmatique » et « non conforme à la réalité des chiffres »

Les débats sur les sommes investies par le Département dans l'aéroport Grenoble-Alpes-Isère ne s'estompent donc pas.

L'aéroport est « un outil stratégique pour l'économie iséroise »

Pour Jean-Claude Peyrin (LR), l'aéroport de Grenoble-Alpes-Isère est un « outil stratégique pour l'économie iséroise ». Plus de 350 000 passagers l'ont fréquenté l'an passé avec, depuis trois ans, une fréquentation à la hausse.

L’ aéroport envisage même d'atteindre les 400 000 passagers dans les années futures. Exploité par une filiale de Vinci Airports depuis 2008, l'aéroport emploie 80 personnes à plein temps et 400 saisonniers chaque année. Les retombées économiques pour l'Isère sont estimées à 150 millions d'euros pas an selon l'Union des aéroports français.

Ne gérant pas l'infrastructure, le Département verse une contribution fixe au moins égale à 500 000 euros chaque année. En 2018, elle a atteint 2 millions d'euros, elle n'était que de 1 million d'euros en 2003 alors que les chiffres de fréquentation étaient plus bas (178 516 passagers).

« Nous restons parfaitement dans le cadre de cette disposition contractuelle avec 350 000 passagers enregistrés en 2018 » a insisté l'élu de la majorité.

Une opposition qui critique la gestion de l’aéroport

En novembre 2018, le groupe RCSE a déposé un recours au tribunal administratif de Grenoble contre la décision du Département d'allouer une subvention de fonctionnement complémentaire de 211 000 euros au gestionnaire de l'aéroport.

Les élus du groupe pointent du doigt, la situation de l'aéroport qui a encore empiré avec les politiques agressives des compagnies low cost. Ils dénoncent également le fait que la majorité des passagers atterrissant à Grenoble, ne reste pas dans le département.

Ils demandent donc à ce que la Région prennent en charge ces financements.

Ecomnews - Adds