Ecomnews - Adds
Élections en Espagne : Large victoire des socialistes
Par Christol Léa publié le 30 AVR 2019 à 08:58
Dimanche 28 avril, l'Espagne a voté pour les élections générales. Pedro Sanchez, le Premier ministre socialiste (PSOE) sortant a gagné les élections avec 29 % des voix et 123 députés. En Catalogne, l'ERC est en tête des suffrages catalans.

Le paysage politique espagnol est désormais fragmenté. Pedro Sanchez (PSOE) emporte largement les élections devant les conservateurs du parti populaire (PP).

Son parti obtient 29 % des voix et 123 députés.

Ce résultat est largement supérieur aux 85 sièges gagnés aux législatives de 2016. Cependant, ce score ne permet pas au Chef du gouvernement d'obtenir une majorité absolue (176 sièges sur les 350 que compte le Parlement).

Il devra donc bâtir une coalition pour gouverner le pays.

Pedro Sanchez pourrait s'allier avec le Parti radical de gauche, Podemos qui a récolté 42 sièges, soit 14 % des voix. Le parti politique de Pablo Iglesias, s'est dit prêt à travailler à la formation d’une coalition gouvernementale avec le PSOE. Le Président du gouvernement pourrait également s'allier avec les indépendantistes de la gauche catalane (ERC) pour former une majorité absolue.

Pedro Sanchez est arrivé au pouvoir en juin 2018 après le dépôt d’une motion de censure contre Mariano Rajoy (PP), embarqué dans des affaires de corruption.

Le chef du gouvernement, avait été investi avec l'aide de Podemos, des nationalistes basques et des indépendantistes catalans. L'instabilité de son gouvernement avait entraîné la fin de la législature en février dernier.

Les conservateurs du Parti populaire (PP) connaissent quant à eux, le pire score de toute leur histoire. Ils retombent à 66 députés, contre 137 en 2016.

Les libéraux de Ciudadanos en profitent donc et connaissent une belle percée, passant de 32 à 57 députés. Le parti d'extrême droite Vox, qui avait recueilli 0,2% des voix en 2016, effleure aujourd'hui les 10 % (24 députés).

Le parti quasiment inconnu jusqu’à son apparition en Andalousie, a fait renaître l’extrême droite au Parlement.

Selon le ministère de l'Intérieur, le taux de participation a été d'environ 75,78 %, soit neuf points de plus qu'en 2016.

Les résultats des élections pourraient aboutir à nouveau sur une instabilité politique.

Les législatives en Catalogne

Lors de ces élections, les partis indépendantistes catalans ont remporté 22 des 350 sièges de la chambre des députés. Ils ont gagné du terrain et pourraient avoir un rôle majeur dans la mise en place d'une future majorité.

Cinq séparatistes catalans détenus et jugés à Madrid, pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne en 2017, ont été élus députés dimanche. L'ancien vice-président de cette région, Oriol Junqueras figure parmi eux. Il est le principal accusé du procès qui a débuté le 12 février dernier contre lequel le parquet a requis 25 ans de prison.

Il a été élu député en tant que leader du parti de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC). Raul Romeva, ancien responsable régional des Affaires étrangères, a quant à lui été élu sénateur sous la même étiquette.
Trois autres séparatistes détenus ont été élus : Jordi Sanchez, Jordi Turull et Josep Rull. Ils sont membres de l'autre grand parti indépendantiste, Ensemble pour la Catalogne, de l'ancien président catalan Carles Puigdemont.

Ecomnews - Adds