Ecomnews - Adds
Gironde : Toopi Organics recycle l’urine en engrais bio
Par Christol Léa publié le 05 SEPT 2019 à 09:20
Basée à Langon en Gironde et fondée en février 2019, la jeune pousse Toopi Organics convertit l'urine humaine en engrais bio.

Après avoir fondé une première entreprise d'engrais biologiques en 2016, MR Organics, Michael Roes a lancé avec deux autres associés la start-up, Toopi Organics.

La jeune pousse, créée en février dernier à Langon (33) transforme l’urine humaine en engrais bio.

Elle collecte l’urine auprès de laboratoires d’analyse, de festivals et de collectivités… puis, la convertit en utilisant un procédé biologique pour la stabiliser, la dépolluer et l’enrichir en micro-organismes, et enfin la valoriser en créant un engrais 100 % biologique.

Créer une filière alternative

Michael Roes et ses associés sont partis du constat que l’urine humaine est considérée à tort comme un déchet à éliminer. "C’est un non-sens de se débarrasser de l’urine dans l’eau potable, car cela consomme et pollue l’eau.

Alors que dans l’urine, on produit tout ce dont on a besoin pour l’agriculture : azote, phosphore et potassium – le triptyque NPK essentiel à la fertilisation” a expliqué le fondateur à 20minutes. L’urine est par ailleurs une source inépuisable, collectée ainsi chaque année dans des milliards de litres d’eau potable par le biais des toilettes.

Un engrais plus performant


Plusieurs produits pourraient être fabriqués avec l'urine: le premier produit que la jeune entreprise souhaite fabriquer est un stimulateur de croissance pour augmenter les rendements agricoles, en remplacement des produits minéraux. Toopi Organics travaille également sur un fongicide agricole, et enfin sur la fabrication de biomolécules pour l’industrie pharmaceutique notamment.


La start-up a par ailleurs mené des essais concluants avec l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) et la chambre d’agriculture. Deux études réalisées par l’école Bordeaux Sciences Agro et l’Inra ont montré que le bio stimulant produit par la jeune entreprise est plus performant que les engrais minéraux conventionnels (de 60 % à 110 % de biomasse en plus selon l’étude de Bordeaux Sciences Agro).

Les entrepreneurs souhaitent d’abord récupérer l’urine auprès de loueurs de toilettes sèches mais également auprès des laboratoires d’analyse médicale.

La jeune société a remporté de nombreux prix cette année (Prix Movjee, Fabrique Aviva, AgTech Summer Camp) et espère mettre sur le marché son produit d’ici 2020.

Ecomnews - Adds