Ecomnews - Adds
Grand Prix de France de Formule 1 : 78 millions d'euros de retombées économiques pour la région Sud
Par Rédaction publié le 21 DEC 2018 à 09:10
Les résultats de l'étude d'impact économique et touristique du Grand Prix de France de Formule 1 ont été dévoilés jeudi 20 décembre à Toulon. Avec 78 millions d'euros de retombées économiques, ils ont largement dépassé les prévisions les plus optimistes du cabinet Deloitte, élaborées fin 2016.

Alors c'est vrai, il y a eu des embouteillages historiques pour monter au Circuit Paul Ricard, ou en repartir, comme une sorte de rançon du succès populaire, mais ce n'était "pas le sujet" le 20 décembre dernier à Toulon, ont dit plusieurs élus, et il y aura des annonces début 2019 sur les améliorations à apporter au plan de circulation.

"Nous avons vécu un Grand Prix de très grande qualité en 2018 et nous sommes tous bien conscients qu'il reste des choses à améliorer", a admis Hubert Falco, le maire de Toulon, en soulignant une fois de plus que "l'action de Christian" Estrosi avait été "déterminante" pour faire revenir la F1 dans le Var, 28 ans après l'édition 1990 au Castellet, 10 ans après le dernier GP de France à Magny-Cours dans la Nièvre.

"Continuons l'aventure", a lancé le président historique de la CCI du Var, Jacques Bianchi, en rappelant que les autorités locales souhaitent renforcer le "positionnement innovant" autour du GP de France et de la création d'un "pôle d'excellence" sur le plateau de Signes.

Très enthousiaste, comme d'habitude, le Président Bianchi a annoncé sur ce point des "décisions finales en début d'année". Il a ensuite passé la parole à Christian Estrosi, pour qui ce retour de la F1 en France a eu de "formidables résultats".

"Nous avons eu 500 millions de téléspectateurs dans le monde pour ce GP de France de F1, dont 3,5 millions sur Canal et TF1, un jour de Coupe du monde de football", s'est réjoui le président délégué de la Région Sud, maître d'oeuvre inconstesté de ce retour au calendrier mondial.

550 emplois créés ou conservés grâce à l'événement

"Sur les 74.000 billets vendus, il y a eu 56.500 spectateurs extérieurs à la région, dont 43.000 fans français et 13.500 étrangers", qui sont venus pour le Grand Prix avec près de "6.000 accompagnants" qui n'ont pas mis les pieds dans les tribunes du Castellet mais ont profité de la région, fin juin, avant la haute saison.

"C'est un audit extrêmement concluant, convaincant", a souligné M. Estrosi, en cette période de "difficultés sociales et économiques". Sans oublier d'insister sur les "550 emplois créés ou conservés" dans le Var grâce à cet événement de portée mondiale. L'ancien champion de moto a alors passé la parole à Loïc Chovelon, du Comité Régional de Tourisme (CRT), qui a insisté sur le "lien important entre événementiel et tourisme, au niveau mondial".

"Ce type d'événement nous permet d'être plus attractif, car il augmente la notoriété de la destination Sud sur l'échiquier des grands événements, permet de renouveler l'image de la destination pour attirer d'autres événements. C'est aussi un déclencheur d'achat", a conclu Loïc Chovelon, en rappelant que le CRT avait "déjà fixé le cap il y a deux ans", en liaison avec toutes les collectivités concernées.

Un impact économique direct de 46 millions d'euros

Selon les chiffres dévoilés par le cabinet Deloitte, il y a donc eu 78 millions d'euros d'impact économique total, dont 46 millions d'euros d'impact direct et 32 millions d'euros d'impact indirect.

Et sur les 74.000 billets vendus (comprenant de nombreux Pass 3 jours), 43.000 spectateurs français sont venus d'une autre région (séjour moyen: 4,4 jours) alors que 13.500 fans étrangers (5,6 jours de séjour en moyenne) sont venus en priorité de Grande-Bretagne, du Bénélux, d'Allemagne, d'Italie et... des USA, si on ne regarde que le Top 5 des spectateurs comptabilisés.

Renaud Muselier, le président de la Région Sud, a conclu les débats en rappelant qu'après "dix ans d'absence" de la F1 en France, la "fédération des énergies" de tous ceux qui ont "accepté ce pari" a abouti aux résultats présentés.

Il a rappelé lui aussi, comme Jacques Bianchi de la CCI, qu'une "filière d'excellence autour des métiers de l'automobile" est plus que jamais dans les cartons. De quoi occuper dans l'avenir certains des 7.000 jeunes, écoliers ou collégiens, qui sont venus au Circuit Paul Ricard fin juin, invités par les organisateurs.

"La Région a la volonté de montrer sa capacité de développement et son savoir-faire en se servant de grands événements", a conclu Renaud Muselier. "Nous avons des talents immenses, nous devons les montrer, les mettre en avant. C'est la vision qui nous anime, autour d'une action collective, avec les territoires concernés. C'est une stratégie payante et les résultats vont directement dans l'économie locale".

Daniel Ortelli en direct de Toulon pour Ecomnews

Photo : (De gauche à droite) François de Canson (CRT), Stéphane Clair (Circuit Paul Ricard), Christian Estrosi (GPI), Françoise Dumont (Département), Jacques Bianchi (CCI), Renaud Muselier (Région Paca) et Hubert Falco (Métropole TPM)

Ecomnews - Adds