Ecomnews - Adds
Quels sont les grands chantiers de la Communauté de la Vallée de l’Hérault ? Interview de son nouveau président
Par . Hérault Juridique et Economique publié le 29 JUIL 2020 à 10:04
Jean-Francois Soto, Maire de Gignac est donc le nouveau Président de la Vallée de l’Hérault, un territoire dynamique qui enregistre un fort développement. Interview de son président par notre partenaire l’Hérault Juridique.

Quels sont les projets pour le territoire ?

La priorité pour notre inter­communalité, c’est bien sûr la livraison du lycée à Gignac. Après viennent le centre de formation des pompiers apporté par le SDIS du département de l’Hérault et l’aménagement du Pôle d’Echange Multimodal routier (PEM), qui va jouer un rôle important pour notre territoire, en lien avec les voies douces existantes et – à créer – et la réalisation de lieux d’accueil pour les vélos.

On réfléchit également avec la Région sur le projet hydrogène, sur lequel Gignac Energies – régie d’électricité de Gignac, l’une des deux régies les plus anciennes de l’Hérault avec son barrage hydraulique – porte un projet pour diversifier sa production d’électricité. Nous réfléchissons tous collectivement à réaliser quelque chose au niveau de l’environnement, et dont l’hydrogène fait partie. Le projet gignacois a été retenu par la Région Occitanie, qui est avant-gardiste sur tous les sujets de transition énergétique et écologique.

Sur le « bien-manger », tous les repas des établissements scolaires de Gignac sont préparés avec du « fait maison ». Nous favorisons depuis longtemps les circuits courts et la production locale. Il y a ainsi la volonté de renforcer le lycée technique agricole avec – pourquoi pas ? – un centre de formation CFA monté avec la chambre de métiers. Nous avons également de très bonnes relations avec la CCI et la chambre d’agriculture, notamment au travers des actions du Pays Cœur d’Hérault.

Le futur pôle de santé pluridisciplinaire, lancé avec l’appui de Languedoc Mutualité, va permettre d’offrir – dans le cadre de l’aménagement du territoire – une offre de santé performante qui n’existait pas et, qui plus est, en secteur 1.

Cette réalisation se fait en liaison avec la clinique Beausoleil du groupe Languedoc Mutualité et Aésio Mutuelle (NDLR : une union mutualiste de groupe qui réunit depuis juillet 2016 les mutuelles : Adréa Mutuelle, Apréva et Eovi MCD Mutuelle) et dont la construction sera portée par FDI Groupe, qui a cru en ce projet portant sur 3 500 m2.

A Saint-André-de-Sangonis, nous travaillons avec la Ville sur l’aménagement d’entrée de ville et les passerelles entre Gignac et Saint-André, qui vont voir le jour, tout comme les voies douces sur l’ancienne voie ferrée.

La mise en situation faite par les services du Département permet d’aller jusqu’aux gorges de l’Hérault, avec une voie verte accompagnée par une politique œnotouristique et « vignobles et découvertes » une action portée par le pays Cœur d’Hérault.

Nous travaillons également, avec Michaël Delafosse, maire de Montpellier et président de la Métropole, dans le cadre du PEM porté par la Région, l’Etat et la C. C. Vallée de l’Hérault, à une liaison de bus à haute qualité de service. Elle permettrait de faciliter le désengorgement de la desserte Gignac-Montpellier par une liaison directe en coordination avec l’arrivée du LIEN, l’A75 et l’A750.

Nous devons aussi coordonner nos actions en Pays Cœur d’Hérault autour des grands sites – Saint-Guilhem-le-Désert, Gorges de l’Hérault, Abbaye d’Aniane – et renforcer les connexions avec le Salagou et le cirque de Mourèze. Ces atouts nature sont une chance pour notre attractivité, de même que les grands domaines viticoles. »

Sur la question du développement économique, tout le monde a l’air de découvrir que Gignac est bien placée, mais je rappelle que cela fait vingt-deux ans que tout cela a déjà été lancé. La dynamique et le projet politique sont cohérents. S’y ajoute la sérénité ambiante. Le territoire de la Vallée de l’Hérault travaille sur l’écoparc de Saint-André-de-Sangonis, mais aussi sur l’équilibre au sud du canton et ses communes.

Nous voulons aller un peu plus loin que nos limites territoriales en nous positionnant par exemple sur les Jeux Olympiques. La C.C. veut être retenue entité ou territoire pour les J.O. de 2024. Nous disposons d’un centre équestre réputé, du club de canoë-kayak sur le fleuve Hérault… et d’un cadre de vie exceptionnel pour l’entraînement des compétiteurs.

Pour lire la suite de l’article complet rendez-vous sur le site de l'Hérault Juridique et Economique

Ecomnews - Adds