Ecomnews - Adds
Industrie positive à Montpellier : Quelles sont les perspectives à venir ?
Par Denys Bédarride publié le 08 OCT 2019 à 09:25
Le premier Conseil Métropolitain de l’Industrie Positive s'est tenu en présence de Philippe SAUREL, Maire de la Ville de Montpellier, Président de Montpellier Méditerranée Métropole, Gérard LANNELONGUE, Conseiller de Montpellier Méditerranée Métropole, Délégué à l'industrie, Chantal MARION, Vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole, déléguée au développement économique, à l'Enseignement supérieur, à la Recherche, à l'innovation, à la French Tech, à l'Artisanat, et les membres du Conseil. Cette mise en place marque le début d’un travail de co-construction afin d’élaborer un programme d'actions concrètes.

Ce Conseil Métropolitain de l’Industrie Positive se réunira une fois par mois jusqu’au printemps 2020, pour présenter la feuille de route de Montpellier, l’Industrie Positive.

Dans la continuité de la politique métropolitaine menée depuis plusieurs années, l’industrie positive est une première brique intégrant dès à présent des valeurs fondatrices qui guident le territoire vers une économie positive.

3 axes stratégiques définis

Les actions du Conseil Métropolitain de l’Industrie Positive se baseront autour de 3 axes stratégiques :

- Changer l’image de ce territoire riche en savoir-faire et qui produit un made in Montpellier qualitatif, responsable et durable ;

- Accompagner et faire naître des projets structurants pour favoriser le développement de l’industrie positive ;

- Favoriser l’intelligence collective entre acteurs économiques pour renforcer le maillage et développer des opportunités économiques positives.

LES MEMBRES DU CONSEIL MÉTROPOLITAIN DE L’INDUSTRIE POSITIVE

- APF34,

- Bulane,

- Chambre de Commerce et d'Industrie de l’Hérault,

- Chambre de Métiers et de l‘Artisanat de l’Hérault,

- Cyleone,

- EDF,

- Equadim,

- Groupe Méridis,

- IBM,

- IDATE,

- Main Gauche,

- Meliès BA,

- Orange,

- RadioAct &Netia,

- Seclab,

- Synia,

- UIMM Montpellier,

- UNICEM.

LES THÉMATIQUES DES PROCHAINS CONSEILS

Les trois prochains conseils se tiendront selon le calendrier suivant :

Thématiques de novembre :

- Construire une stratégie de marketing durable,

- Identifier des actions phares pour changer l’image industrielle du territoire,

- Promouvoir le made in Montpellier.

Thématiques de décembre :

- Identifier les besoins prioritaires des entreprises,

- Co-construire une offre et des outils économiques.

Thématiques de janvier :

- Renforcer l’écosystème et son bouillonnement,

- Forger l’esprit de partage et de solidarité entre acteurs.

Le conseil de février 2020 sera en mesure de présenter une feuille de route qui tentera de répondre aux objectifs et enjeux de la démarche Montpellier, l’Industrie Positive.

L'AMBITION DE "MONTPELLIER, L'INDUSTRIE POSITIVE"

Le 11 juillet dernier, a été présentée la signature « Montpellier, l’industrie positive » qui se définie autour de trois grandes valeurs pour une économie métropolitaine durable et performante :

- Pionnière dans les nouvelles technologies et l’innovation de pointe

- Responsable pour répondre aux défis sociétaux des générations présentes et futures

- Engagée pour l’emploi et la solidarité locale

L’ambition de Montpellier est de devenir la Métropole de l’industrie positive en Europe, où tout savoir-faire est valorisé, où toute activité a un impact positif pour son environnement et la vie des habitants est développée.

L'INDUSTRIE À MONTPELLIER

Dans un monde qui s’adapte à sa 4ème révolution industrielle, la notion même de ce qui constitue une industrie est en train de se métamorphoser. Chaque entreprise produit de la richesse, des liens sociaux, et impacte son environnement au quotidien. Les valeurs basées sur l’innovation technologique, la responsabilité sociétale et l’engagement pour son territoire sont au coeur de la stratégie de Montpellier l'Industrie Positive.

A Montpellier, l'industrie est reconnue que ce soit dans les technologies de la santé, dans le domaine de l’environnement et des énergies, ou bien dans les nouvelles technologies.

Ces activités se croisent et interagissent avec des univers plus traditionnels tel que la construction/BTP, le tourisme, le commerce, l’agroalimentaire, etc., pour favoriser leur développement.

La Métropole définit ainsi son industrie, à travers cette pluralité sectorielle. Les frontières entre secteurs doivent s’ouvrir pour permettre collectivement de construire un écosystème qui allie performance économique et performance sociétale.

Ecomnews - Adds