Ecomnews - Adds
Lyon : Ambitions Biogaz 2023, une nouvelle donne régionale pour accompagner la filière
Par Denys Bédarride publié le 15 JUIN 2019 à 10:00
Ce 29 mai, l’État, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), la Chambre régionale d’agriculture, l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, GRDF, GRTgaz, Bpifrance et Auvergne-Rhône-Alpes Énergie-Environnement (AURA-EE) ont signé à la Préfecture de région à Lyon, une charte partenariale permettant un développement vertueux de la méthanisation en Auvergne-Rhône-Alpes.

La méthanisation, un nouvel atout pour les territoires

La méthanisation offre de nombreux bénéfices environnementaux et est créatrice de valeur pour les territoires et les entreprises : valorisation des déchets pour produire une énergie renouvelable locale en faveur d'une économie circulaire, réduction des émissions de gaz à effet de serre, nouveaux débouchés aux activités agricoles…

La production de biogaz présente de nombreuses externalités positives et soutient les 4 politiques : énergie et climat, aménagement du territoire, agriculture et agroécologie, gestion des déchets et économie circulaire.

Une filière qui se consolide et se développe en Auvergne-Rhône-Alpes

Les signataires de la charte estiment que le développement de la méthanisation peut être grandement intensifié.

En effet, le territoire dispose d’atouts pour réussir : un gisement important de déchets fermentes cibles, estimé selon le SRB (Schéma régional biomasse) fin 2018 à environ 12 millions de tonnes de matière brute mobilisable à 90 % agricole ; un potentiel de consommation du biogaz à la hauteur du potentiel de production ; des acteurs de la filière présents sur toute la chaîne de valeur en Auvergne Rhône-Alpes (bureaux d’étude spécialisés, équipementiers de la méthanisation et de la valorisation du biogaz…).

Pour quels objectifs ?

En concordance avec les échéances de la PPE (Programmation pluriannuelle de l’énergie) et sur la base des chiffres-cibles du Schéma régional biomasse d’Auvergne-Rhône-Alpes, les partenaires se sont fixés les objectifs suivants à l’horizon 2023 :

  • 180 unités en service fin 2023 (contre 90 fin 2018), soit + 90 unités en 5 ans
  • 1 075 GWh injectés dans le réseau de gaz fin 2023 (contre 120 fin 2018), soit + 975 GWh
  • 480 GWh valorisés par cogénération fin 2023 (contre 300 fin 2018), soit + 180 GWh.

Pascal MAILHOS, le Préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes a précisé :

« L’ambition de l’État de développer la méthanisation est portée par la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte. Ainsi, l’Etat met en place des soutiens importants pour la méthanisation, via notamment des tarifs d’achat pour la cogénération ou l’injection. Le groupe de travail national « méthanisation », présidé par Mme Wargon, Secrétaire d’Etat, vise aussi à faciliter l’émergence de projets, notamment par des simplifications réglementaires, la facilitation des projets en injection ou la mise en place de prêts sans garantie destinés à faciliter le financement des projets.

Au niveau régional, l’État et le conseil régional partagent l’ambition d’un fort développement de la méthanisation. Leur stratégie commune sera inscrite dans le schéma régional biomasse, en cours de finalisation. Elle prévoit de porter l’énergie produite par méthanisation à plus de 6000 GWh à l’horizon 2035.

Cette stratégie est également partagée par les différents acteurs régionaux et cette charte de partenariat traduit l’engagement de chacun des acteurs régionaux pour œuvrer ensemble dans cette trajectoire.»

De son côté, Eric FOURNIER, le Vice-Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, délégué à l’environnement, développement durable, énergie et Parcs Naturels Régionaux a ajouté :

« La méthanisation est l’une des 3 filières prioritaires que la Région souhaite développer dans le mix énergétique de son SRADDET horizon 2030. Nous visons l’installation de près de 200 unités, et ce, dans le respect de l’approvisionnement local, de la non-concurrence des sols et des retombées économiques sur nos territoires et auprès de nos agriculteurs. Cette filière permettrait d’atteindre les objectifs de l’augmentation globale des ENR de 54 %. »

Source : Michel Pérès / Auvergne-Rhône-Alpes Méthamoly, Saint-Denis sur Coise (42)

Ecomnews - Adds