Ecomnews - Adds
Enjeux : A quoi ressembleront les centres commerciaux de demain ?
Par Olivia Oreggia publié le 16 NOV 2018 à 13:29
Pendant 3 jours, le palais des festivals de Cannes accueille le 24e MAPIC, la grand-messe internationale de l’immobilier commercial. Plus de 800 exposants venus de 80 pays y présentent les concepts, réalisations et projets censés répondre aux nouvelles habitudes des consommateurs. Et en la matière, la tendance est à la création de « lieux de vie ». Exemple à Bordeaux, Saint-Etienne, Grenoble ou encore sur la Côte d’Azur.

Le centre commercial est-il mort ?

« Tel qu’on le connaissait oui, il va mourir », nous explique avec son accent et son expertise Francesco Pupillo, directeur adjoint du MAPIC. « Il va changer de fonction et de nom. Aujourd’hui déjà, parler de centre commercial est très réducteur, on parle plutôt de life style destination, c’est-à-dire de lieux de vie. On s’y rend pour dîner, pour aller au cinéma, se faire faire une manucure ou aller chez le dentiste. Et accessoirement, on va aussi faire du shopping ! »

Plus que du chiffre d’affaires, les bailleurs du monde entier vendraient donc surtout du trafic. L’acte d’achat pouvant se faire par ailleurs sur Internet.

Si le shopping n’est donc plus prépondérant, il faut donner au visiteur d’autres raisons de se déplacer. D’où la promesse de ces « lieux de vie » avec loisirs en tout genre, terrains de jeux, fermes pédagogiques, concerts, espaces verts, expositions, parc d’attractions, restaurants étoilés… tout est bon pour appâter le client à l’heure du e-commerce.

« Nous sommes sur des projets et des réalisations de plus en plus multifacettes », confirme Eléonore Villanueva, directrice marketing d’Apsys. « Beaucoup sont mixtes incluant logements et bureaux, et toujours avec beaucoup d’espaces publics. Nous cherchons toujours à créer des lieux de vie, paysagers, où pourront se faire des rencontres, des échanges, des animations. »

?id=TEyFEvGhbe02zWZ7ofAUx1pOHseSkrEL

Ainsi le promoteur construit actuellement à l’entrée de Saint-Etienne, STEEL. Sa mantille d’aluminium est signée du studio Joran Briand, co-créateur de celle en béton du Mucem à Marseille. Prévus pour ouvrir au printemps 2020, les lieux abriteront 62 commerces et restaurants, et 37.000 m2 d’espaces verts et de terrains de jeux.

A Bordeaux, le même groupe développe au sein de l’opération d’intérêt national Euratlantique, le projet Bordeaux Saint-Jean. Incluant la gare, il s’agit d’une opération mêlant commerces, hôtels, bureaux, logements, restaurants… Le tout sur 88.000 m2, et faisant là encore la part belle aux espaces verts. La livraison est prévue pour 2023. Apsys y promet rien moins qu’un « idéal urbain ».

?id=V7pIjNgT1Z6AFyeGJmoLx7pY83VwQjZa

Le projet a longtemps peiné à démarrer mais près de Grenoble, sur la commune de Saint-Martin d’Hères, les anciennes usines Neyrpic seront finalement converties d’ici 2020 en un centre rassemblant shopping, restaurants, cafés, sport et loisirs. Sur la maquette présentée au MAPIC dépasse une grande roue. Il doit également y figurer un mur d’escalade ou encore un centre de fitness.

La Côte d’Azur n’est pas en reste. Cap 3000 mène à Saint-Laurent-du-Var le plus grand chantier d’extension d’Europe pour doubler d’ici l’automne 2019, année de ses 50 ans, la capacité de ses boutiques (300 au total in fine). Ici, on joue la carte des animations, variées et récurrentes : star de la pâtisserie pour un festival dédié chocolat, semaine consacrée à l’armée de l’air avec exposition d’avions de chasse… la recette fonctionne. La fréquentation augmente.

Autre chantier prévu quant à lui pour être achevé en 2020 : Iconic, à Nice. Près de la gare, ce bâtiment aux allures de diamant géant regroupera salle de spectacle, hôtel, bureau, salle de fitness. Son promoteur, la Compagnie de Phalsbourg, porte aussi le projet Open sky Valbonne, à Sophia Antipolis, présenté également au MAPIC.

Il y est prévu là encore commerces, bureaux, restaurants, hôtel. Il y est aussi promis « un grand pôle d’entertainment », à savoir du divertissement. Le tout sur une superficie finalement réduite à 90.000 m2.

?id=V5IH79iisKx8pIe1MwoF9XZB2Pjx5PAu

Ecomnews - Adds