Ecomnews - Adds
Marseille : Traxens lève 20 millions d’euros et s’ouvre à l’Asie
Par Christol Léa publié le 25 JUIL 2019 à 08:00
Traxens spécialiste français des conteneurs intelligents vient de lever 20 millions d’euros et intègre Itochu Corporation, puissant conglomérat, japonais à son capital.

La jeune entreprise marseillaise, Traxens, à l’origine des boîtiers de suivi des conteneurs en mer ,a levé 20 millions d’euros, le 17 juillet dernier à la faveur notamment de l'entrée à son capital du conglomérat japonais Itochu Corporation.

Deux des huit investisseurs historiques de l'entreprise participent également à cette levée de fonds : Bpifrance à travers son fonds Psim géré dans le cadre du programme d'investissements d'avenir, et Supernova Invest via le fonds Crédit Agricole Innovations et Territoires.

Cette levée de fonds permettra à la société de lancer une vaste flotte mondiale de solutions de suivi IoT mer-terre sur des navires exploités par ses sociétés de transport partenaires, notamment CMA CGM et MSC.

“En plus de notre investissement, nous attendons avec impatience notre rôle de partenaire de Traxens pour accroître les ventes de ses produits et services en Asie, une région où le trafic maritime-terrestre est en plein essor.” a déclaré Shunsuke Noda, CDO CIO d'Itochu Corporation.

Traxens s'attend à ce que 100 000 conteneurs (conteneurs secs et conteneurs réfrigérés) soient équipés de sa solution d'ici la fin de 2020. Ce nombre devrait encore augmenter après que Traxens ait annoncé en juin 2019 que l’armateur Maersk deviendrait actionnaire et client avec une commande initiale allant jusqu'à 50 000 conteneurs.

?id=56kdT65IhtC5cgXIdDiLeR4PjmFpgXXH

Une série de brevets

La solution IoT de Traxens tient dans un boîtier de 30 cm. Elle repose sur une technologie brevetée permettant d'accéder aux données les plus complètes, précises et opportunes pour la gestion des actifs en transit, partout dans le monde : position GPS, température, humidité, choc, ouverture de porte.

A partir de 2020, l'objet pourra être couplé à des capteurs situés dans la marchandise afin d’évaluer, par exemple, le taux d'humidité. Une autre série de brevets protège le système de communication mutualisant à bord les informations de tous les boîtiers pour les communiquer à terre.

" Une partie des fonds levés va nous permettre d'améliorer le traitement analytique des données", a explique le directeur financier de Traxens, Marc Ligonesche à nos confrères des Echos. L’entreprise veut anticiper à la minute l'accostage d'une cargaison, ou déterminer si un choc subit par un conteneur est accidentel ou occasionné par un mouvement naturel sur le trajet.

Ecomnews - Adds