Ecomnews - Adds
La médecine nucléaire du CHU de Montpellier à la pointe de la technologie
Par Redaction publié le 02 JUIL 2020 à 11:00
Le service de médecine nucléaire dirigé par le professeur Mariano Goulart, chef du service de médecine nucléaire au CHU de Montpellier, s’est vu renouveler l’intégralité de ses équipements d’imagerie après avoir réalisé plus de 15 000 actes scintigraphies en 2019. Aujourd’hui, ce service se voit doté de deux nouvelles gamma-caméras SPECT-CT dernière génération, technologie révolutionnaire face aux détecteurs à scintillation.

Le Centre hospitalier universitaire ( ou CHU ) de Montpellier, crée en 1958 et composé de 8 établissements et de 9 écoles et instituts paramédicaux, est aujourd’hui au second rang des employeurs de la région (après le CHU de Toulouse ).

Regroupant de nombreuses spécialités, il est reconnu dans la recherche et l’innovation se situant ainsi en 6e position du classement national SIGAPS ( Système d’Interrogation, de Gestion et d’Analyse des Publications Scientifiques initié par le CHU de Lille en 2002)

La médecine nucléaire est une des nombreuses spécialités pratiquées au CHU, plus précisément à l’hôpital Lapeyronie ou à l’hôpital Gui de Chauliac.

Mais qu’est-ce-que la médecine nucléaire ?

La médecine nucléaire est une spécialité novatrice très utilisée depuis peu. Elle permet de visualiser le fonctionnement d’un organe à l’aide d’atomes radioactifs que l’on accroche à des molécules du patients.

Le rayonnement des atomes permet alors la création d’images en 3 ou 4 dimensions ainsi que la possibilité d’un diagnostique et d’un suivie de maladies dans presque toutes les spécialités.

Elle s’utilise dans plusieurs domaine comme l’imagerie ( scintigraphies ou tomographies par émission de positons ), la radiothérapie métabolique traitant les maladies bénignes et malignes, ou encore la radio-immunologie.

Le service de médecine nucléaire dirigé par le Professeur Mariano Goulart, chef du service de médecine nucléaire au CHU de Montpellier, s’est vu renouveler l’intégralité de ses équipements d’imagerie après avoir réalisé plus de 15 000 actes scintigraphies en 2019.

Aujourd’hui, ce service se dote de deux nouvelles gamma-caméras SPECT-CT dernière génération, technologie révolutionnaire face aux détecteurs à scintillation.

Ces caméras assureront une sensibilité de détection plus importante, permettant ainsi un gain de temps lors des examens, d’atteindre des zones anatomiques explorées ou encore d’administrer moins de radioactivités aux patients, un fait non négligeable.

De plus elles permettront la détection plus précoce de plus petites lésions en pédiatrie ainsi que la possibilité d’un diagnostic d’imagerie multimodal, fonctionnel et anatomique.

Eléa Bedarride

Ecomnews - Adds