Ecomnews - Adds
Qui sont les nouveaux Maires des grandes villes du Sud de la France ? Portraits et analyse 
Par Denys Bédarride publié le 29 JUIN 2020 à 13:46
La France se réveille ce matin avec de nouveaux maires et l’épisode des municipales de 2020 est donc terminé. Des élections qui n’auront ressemblé à aucune autres. Quel aura été l’impact du Covid-19 et du confinement ? Difficile à dire mais il aura sans aucun doute accéléré la volonté de changement vers une transition écologique plus rapide et plus nette. La preuve à Lyon, Marseille, Montpellier, Bordeaux qui ont voté pour la rupture écologique. Nice et Toulouse confortent leur maire sortant. Analyse et portrait de ces villes du Sud de la France, en attendant l’épisode suivant (très important) des élections des présidents des Métropoles. 

Lyon : Grégory Doucet une victoire « historique » qui met fin à l’empire Collomb

Né le 22 août 1973 à Paris, le nouvel édile n'est pas un politique de carrière. Il a consacré la majorité de sa vie professionnelle à l'humanitaire. Cadre chez Handicap International, Grégory Doucet était en charge des opérations en Afrique de l'Ouest. Il rejoint Europe Ecologie-les Verts en 2007.

Selon son adjointe à la direction de la Zone Afrique de l’Ouest, Doucet est un homme de terrain, qui a managé pendant des années plus de 500 collaborateurs. Il maitrise parfaitement les ressources humaines et les questions de sécurité.

Inconnu il y a à peine 6 mois, Grégory Doucet l’emporte avec 52,6 % des voix face à Yann Cucherat, le candidat de Gérard Collomb. Les listes portées par Gregory Doucet gagnent sept des neuf arrondissements de la capitale des Gaules. Doucet a réussi à mettre fin à l’empire Collomb.

La solidarité pour faire face aux crises, remettre la nature en ville, relocaliser les industries et l’agricole, une relance verte de l’économie, les villes à hauteur d’enfants sont les points principaux du programme de Maintenant Lyon. Doucet veut également « se déplacer mieux pour polluer moins » et a pour but de faire de Lyon une ville 100% piétonne et 100% cyclable.

Pour plus de détails sur le programme du nouveau maire de Lyon

Marseille : Qui sera le nouveau Maire ? Une élection à 3 tours

Michèle Rubirola pour le Printemps marseillais a bien devancé Martine Vassal pour les LR. Elle gagne 4 secteurs contre 3 et un pour Samia Ghali qui est Divers gauche. Elle va donc jouer un rôle important dans la désignation du futur maire de Marseille, qui aura lieu en fin de semaine. En effet, plusieurs secteurs n’ont pas dégagé de majorité absolue pour élire leur maire surtout, en plus avec la défaite de Martine Vassal dans le 4ème secteur, QG historique de la droite. C’est Olivier Fortin qui l’emporte.

Michele Rubirola a notamment indiqué hier soir : « La victoire a été difficile, elle n'en est que plus belle. C'est une victoire relative pour nous, mais une défaite pour la droite, qui n'est plus en position de gouverner la ville. Je suis fière d'avoir incarner l'espoir des Marseillais. »

Michèle Rubirola a 63 ans et vit dans le quartier du Rouet, une vrai marseillaise dans l’âme. Ses grands-parents étaient des immigrés napolitains et espagnols et son père était au Parti communiste. Elle est médecin de formation et s’est spécialisée dans la santé préventive dans le quartier Nord. Elle travaille à la Caisse primaire d’assurance maladie dans les Bouches-du Rhône. Elle s’est présentée aux élections législatives de 2007 et 2012 pour les Verts et EELV et a été désignée tête de liste en janvier. Elle est aussi conseillère départementale sur le 1er canton (Centre ville). Elle souhaite que Marseille soit une ville plus « verte », moins embouteillée et surtout moins polluée et plus juste. Elle a reçu le soutien de Jean-Luc Mélanchon.

Une nouvelle page s’ouvre pour Montpellier : Interview vidéo

Après Georges Frêche, Hélène Mandroux, Philippe Saurel, c’est donc Michaël Delafosse à 43 ans qui devient le nouveau Maire de la 7ème Ville de France.

Comme Georges Frêche, Michaël Delafosse est enseignant mais en histoire-géographie. Il est marié et père de 2 enfants. Il a toujours défendu les couleurs du Parti socialiste et redonne ainsi la Ville aux socialistes que Phillippe Saurel leur avait confisqué en 2014.

D’ailleurs, derrière le candidat, on retrouve de nombreuses figures de ceux qui ont soutenu Georges Frêche et Hélène Mandroux comme Julie Frêche, Valérie Arnal, Christian Assaf sans oublier l’appui indéfectible de Kléber Mesquida, le président du Département de l’Hérault et Carole Delga la présidente de la Région qui ne cachent pas leur soulagement de voir arriver un nouveau maire avec qui « ils pourront enfin travailler pour Montpellier et avec Montpellier «.

C’est sans aucun doute, ce qui a fait la différence dans cette élection. Philippe Saurel c’était trop isolé à force de querelles et bagarres avec le Département, la Région mais aussi avec la CCI et avec les Maires de la Métropole. De nombreuses forces se sont réunies et unies contre lui pour qu’il ne repasse pas.

Ensuite, Michaël Delafosse a su aussi réunir une équipe compétente à l’image du Professeur Sultan ou de Clare Hart, chef d’entreprise très engagée dans le social et l’égalité pour tous.

D’ailleurs, pour finir son discours, il a rappelé que son action sera tournée autour des fondements de la République. Une nouvelle page de l’histoire de Montpellier va donc s’écrire ainsi qu’à la Métropole.

Pour plus de détails sur le programme

Bordeaux : Le « catho basque » revient sur la scène politique et remporte les élections

Né le 10 avril 1955 à Saint-Palais dans le Pays Basque, est un avocat et homme politique français, membre d'Europe Écologie Les Verts depuis 1998. Il est conseiller municipal de la ville de Bordeaux et conseiller métropolitain depuis 1995. Hurmic s’était déjà présenté aux élections municipales de Bordeaux en 1995 avec son parti « Bordeaux Grandeur Nature » mais n’était arrivé qu’en troisième position avec 15,8% des voix.

Aujourd’hui, Pierre Hurmic l’emporte avec 46,5% des voix face à Nicolas Florian et Philippe Poutou. Le nouveau maire et la liste « Bordeaux Respire ! » s’engagent auprès des acteurs locaux et nationaux en signant les pactes pour la transition et l’écologie, la solidarité, les transports, la santé des enfants, la défense du vélo, l’Europe, la démocratie, la protection de l’environnement, la lutte anti-gaspillage et la protection des animaux.

Pour plus de détails sur le programme général et les propositions par quartier

Perpignan : L’ex-compagnon de Marine Le Pen devient maire de la ville

Né le 4 Septembre 1969 à Toulouse, il fait partie du Rassemblement National depuis 1990 où il y exerce plusieurs fonctions de premier plan comme vice-président de 2011 à 2018.

Il est conseiller régional de Midi-Pyrénées de 1998 à 2010 et du Languedoc-Roussillon de 2010 à 2015. Il est élu député européen en 2014, puis député dans la deuxième circonscription des Pyrénées-Orientales en 2017, et remporte les élections municipales à Perpignan en 2020.

Louis Alliot l’emporte face à Jean Marc Pujol avec 53,09% des voix.

Louis Alliot veut réveiller la ville de Perpignan qui a besoin de choses simples mais essentielles. L’ordre républicain, la sécurité et la propreté sont les socles sur lesquels il s’appuie pour bâtir une ville où il fera bon vivre. Il se base sur l’exemple de Béziers pour montrer qu’il est possible de replacer une ville au passé glorieux sur la carte de France.

Pour voir l’intégralité du programme de Louis Alliot

Arles : Patrick de Carolis passe de la télévision à la politique

Né le 19 novembre 1953 à Arles, il est journaliste, écrivain et animateur de télévision française. Il a été de 2005 à 2010 président-directeur général de France Télévisions. Il fut également impliqué dans le lancement puis la présidence de la chaîne française d'information internationale France 24. Membre de l'Académie des beaux-arts, dont il est le président pour 2018, il est élu par ses pairs à la direction du musée Marmottan Monet en 2013. Il est candidat divers centre aux élections municipales de 2020 à Arles.

Patrick de Carolis l’emporte face à Nicolas Koukas avec 57,2% des voix. Son but premier est de rendre attractive la ville pour retenir les chefs d’entreprise et les investisseurs. Il compte dynamiser la cité romaine et utiliser son carnet d’adresse pour un plan de relance économique. Le nouveau maire veut également instaurer une cohésion sociale et rompre avec un désert médical qui s’installerait au sein de la ville. La question du développement durable fait également partie intégrante de son programme.

Pour plus de détails

Biarritz : Élection de la première femme maire de la ville

Née le 1er mai 1966 et fille d'une famille très connue dans la célèbre station thermale, Maider Arosteguy est ingénieure conseil de formation. Elle est aujourd’hui la première femme maire de Biarritz.

Maider Arosteguy l’emporte avec 50,2% des voix face à Guillaume Barucq, Nathalie Motsch et Jean-Benoît Saint-Cricq. Avec son parti Les Républicains elle veut redonner à Biarritz une gouvernance sereine, apaisée, rassemblant une majorité de Biarrots autour d’un projet précis, novateur et résolument tourné vers l’avenir.

Elle consacre son programme a des éléments clés comme les écoles, la propreté dans la ville, la solidarité, la culture ou bien encore le logement.

Pour plus de détails

Millau : Emmanuelle Gazel remporte la Ville et devient la 1ère femme élue en tant que maire

Née le 23 décembre 1977 à Saint-Afrique, Emmanuelle Gazel a une formation bac+2 pour devenir formatrice pour adulte. Elle a suivi une VAE. En 2006, elle suit la campagne de Ségolène Royal. En 2014, elle fait campagne pour les municipales aux côtés de Guy Durand.

Elle devient leader de l’opposition millavoise de gauche. En 2015, elle est élue au conseil régional (Occitanie) avec Carole Delga et obtient, en novembre 2017, la 8e vice-présidente en charge de l’emploi, de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Elle gardera cette vice-présidence jusqu'en mars 2021, mais ensuite ne pourra pas cumuler les deux exécutifs. Son engagement politique remonte au déclic provoqué par le séisme du 21 avril 2002.

Emmanuelle Gazel l’emporte avec 44,5% des voix face à Christophe Saint-Pierre et Philippe Ramondenc. Membre du parti Socialiste Républicain et Citoyen, elle axe son programme autour des grands thèmes que sont l’éducation, l’économie, la solidarité la culture ou bien encore la démocratie. Elle prévoit par exemple, des améliorations dans l’éducation, en étendant l’enseignement bilingue à toutes les écoles, mais aussi d’augmenter l’interaction de la ville avec son territoire afin de devenir le moteur du sud-Aveyron.

Pour plus de détails sur le programme de la nouvelle maire

Ecomnews - Adds