Ecomnews - Adds
Nouvelle-Aquitaine : Un chantier d’insertion à l’Arsenal des mers de Rochefort
Par Christol Léa publié le 27 MAI 2019 à 09:00
Douze personnes éloignées de l’emploi ont rejoint un chantier d’insertion à l’Arsenal des mers de Rochefort en Charente-Maritime. Imaginé par l'association Hermione-La Fayette, il leur permettra de se former à la maintenance maritime sur un support pédagogique, le Cupidon fou.

A Rochefort en Charente-Maritime, douze personnes viennent d’intégrer un chantier d’insertion à l’Arsenal des mers. Destiné aux personnes éloignées de l’emploi, il les formera aux métiers de la maintenance maritime sur le Cupidon fou, un vieux voilier en bois.

« Avoir un bateau, partir en mer, ça a toujours fait partie de mes rêves. Alors travailler sur le Cupidon fou, c’est parfait pour se former » explique Anthony Lozano, 25 ans, qui a rejoint le chantier.

Construit en 1929 à Lormont en Gironde, ce voilier en bois est classé depuis 2011 au titre des Monuments historiques. Il appartient actuellement, au Musée Mer Marine de Bordeaux.

Sa restauration a été confiée à l’association Hermione-La Fayette, qui a choisi d’y installer un chantier d’insertion. La Région Nouvelle-Aquitaine, finance ce dispositif à 80 % soit près de 200 000 euros.

Des débouchés professionnels

Ce chantier est un moyen d'associer « la sauvegarde du patrimoine marin » à « un outil pédagogique exceptionnel » selon Émilie Beau, déléguée générale de l'association. Les personnes intégrant ce dispositif vont rencontrer des professionnels aguerris, mais aussi approcher différentes techniques de construction.

L'Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa), délivrera à la fin de cette formation de six mois, un certificat d'aptitude professionnelle.

« Ce certificat, sanctionné par un examen, offre un premier niveau de compétences. Il permet ensuite de s’orienter vers une formation de menuisier ou d’agent de maintenance en plaisance » explique Aurélie Besson, la responsable d’affaires pour le nautisme de l’Afpa. Elle insiste par ailleurs sur les débouchés professionnels du secteur de la maintenance maritime.

Selon elle : « côtoyer les artisans et les gabiers de L’Hermione pourra susciter des vocations et c’est un véritable plus sur le CV ! »

Source la Région Nouvelle Aquitaine

Ecomnews - Adds