Ecomnews - Adds
Nouvelle-Aquitaine : Un réseau de chaleur écologique à Saint-Yrieix-la-Perche pour 4,7 millions d’euros
Par Redaction publié le 20 JUIN 2019 à 11:31
Le 14 juin dernier a été inauguré le nouveau réseau de chaleur de la ville de Saint-Yrieix-la-Perche, dans la Haute-Vienne, basé sur une chaufferie biomasse.

Sur plus de 4,3 km de long, la Ville de Saint-Yrieix-la-Perche a mis en place un réseau de chaleur appuyé sur une chaufferie bois, réalisé en délégation de service public par ENGIE Cofely. Soutenue par la Région, cette opération est un exemple de déploiement d’une énergie renouvelable en circuit court.

Qu’est-ce que la biomasse ?

Dans le domaine de l'énergie, la biomasse est la matière organique d'origine végétale, animale, bactérienne ou fongique (champignons), utilisable comme source d'énergie. L'énergie peut être extraite par combustion directe comme pour le bois, ou par combustion après un processus de transformation de la matière première, comme la méthanisation (biogaz, ou sa version épurée le biométhane), ou encore bien d'autres transformations chimiques.

La bioénergie intéresse particulièrement les pays riches confrontés au changement climatique et à la perspective d'une crise des ressources en hydrocarbures fossiles ou uranium. Elle répond à des enjeux et objectifs de développement durable et potentiellement d'économie circulaire : substituer la biomasse aux énergies fossiles contribue en effet à réduire les émissions de gaz à effet de serre, voire à restaurer certains puits de carbone.

Une ville autonome s’inscrivant dans une dynamique de transition énergétique

Le nouveau réseau permettra de chauffer le centre hospitalier, l’hôtel de ville, les différents établissements scolaires de la ville et leurs gymnases, le centre culturel, la salle des congrès, la communauté de communes, le complexe aqua-récréatif Villa Sport, la crèche, la maison médicale, l’institut de formation d’aides-soignants, le centre des finances, ainsi que plusieurs résidences.

La chaufferie bois, d'une puissance de 2,5 MW et associée à un stockage d'hydro-accumulation, permettra de couvrir en énergie renouvelable 85 % des besoins de chaleur et d'éviter l'émission de 2 100 tonnes de CO² chaque année, soit l'équivalent de 350 voitures neuves parcourant 30 000 km/an.

L’approvisionnement en combustible bois est réalisé auprès de plusieurs fournisseurs locaux, dans un rayon maximum de 100 km ; en effet, la totalité du bois exploité est issu d’un périmètre inférieur à 80 km.

Avec un coût total du projet de plus de 4,7 millions d’euros, les aides de la Région (à hauteur de 1,3 millions d’euros) et de l’ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) ont permis de ramener le prix de l’énergie obtenue à celui d’une énergie fossile.

La Région Nouvelle-Aquitaine est intervenue sur le projet dans le cadre de son action en faveur de la transition énergétique et du développement des énergies renouvelables.

Article : Lucille Picirrillo

Ecomnews - Adds