Ecomnews - Adds
Poitiers : Coup de projecteur sur la Ruche, association de solidarité et d’insertion
Par Fiona Urbain publié le 07 AOÛT 2019 à 08:00
Depuis plus de 30 ans, l’association « Pourquoi pas la ruche » aide les personnes éloignées de l’emploi à reprendre le chemin du travail. Cette année, elle développe ses activités avec la construction d’une nouvelle cuisine, soutenue par la Région-Nouvelle Aquitaine.

L’association « Pourquoi pas la ruche » a été créée en 1986 par un groupe de femmes du quartier des Trois Cités à Poitiers, avec le soutien d’agents de développement de la Caisse d’Allocations Familiales et de la municipalité de Poitiers.

Leur volonté : répondre à la précarité économique, à l’isolement, au chômage ; créer du lien social, inter générationnel, inter culturel ; favoriser la convivialité, le bien vivre ensemble, la solidarité…

En plus de l’animation du quartier, l’association a développé deux chantiers d’insertion : « Les Quatr’Epices », un restaurant social et solidaire qui produit 100 repas par jours avec 10 salariés en contrat d’insertion et la boutique « Couleur Miel » qui, elle, embauche 14 personnes.

?id=lSc3irDzEDC5HcwZ86xUEQSAwH8UXXzX

Elle comporte plusieurs activités : blanchisserie-repassage pour les clubs de sports, les comités d’entreprises, les collectivités ou encore les particuliers, mais aussi la vente de vêtements via le dépôt-vente, ainsi qu’une prestation de couture.

Ces contrats d’insertion, qui peuvent s’étaler sur deux ans, permettent à des personnes, éloignées de l’emploi, de reprendre le chemin du travail avec un accompagnement socio-professionnel assuré par les sept salariés permanents de la structure.

« Pourquoi pas la ruche » est passée en 10 ans de 300 à 800 adhérents et d’une vingtaine de personnes en parcours d’insertion à 45 par an.

Pour poursuivre son développement, elle a démarré la construction d’une nouvelle cuisine de 100 m2. Un investissement de 470 000 € soutenu par la Région Nouvelle-Aquitaine à hauteur de 90 000 €, qui offrira un espace plus grand et plus adapté à l’activité repassage et ainsi faire face à la demande d’activité grandissante.

Source : Région Nouvelle-Aquitaine

© Photos : Françoise Roch-Région Nouvelle-Aquitaine

Ecomnews - Adds