Ecomnews - Adds
Le port de Marseille Fos se dote de moyens nouveaux pour être 100 % électrique d’ici 2025
Par Christol Léa publié le 05 JUIL 2019 à 08:37
Le port de Marseille Fos vient de voter un plan d’investissement de 20 millions d’euros pour le branchement des navires à quai.

Le Conseil de surveillance du port de Marseille Fos a présenté, le 28 juin dernier des mesures à court et moyen termes pour lutter contre la pollution du trafic maritime.

Parmi ces mesures, un plan d’investissement de 20 millions d’euros pour la connexion électrique des navires à quai (Cenaq).

Le but ? Faire du port de Marseille Fos le premier port de Méditerranée 100 % électrique d’ici 2025.

Cet investissement constitue la condition nécessaire du point de vue portuaire et terrestre pour connecter d’ici 2022, deux ferries internationaux supplémentaires puis dans un second temps, un navire de croisière en simultané.

La question du carbone au coeur des préoccupations


« Nous sommes convaincus que la transition écologique est source de croissance économique. C’est pourquoi nous investissons fortement, avec l’Etat et les collectivités territoriales sur l’accélération des branchements électriques des navires à quai » a déclaré Hervé Martel, Président du Directoire du port de Marseille Fos.

La technologie du Cenaq permet de supprimer totalement les émissions de polluants (oxyde de soufre et d’azote, microparticules) et les gaz à effet de serre des navires. Des lois existent déjà en Alaska ou en Californie pour obliger tous les bateaux à utiliser le branchement à quai. Il s'agit aussi de permettre une meilleure intégration du port dans la ville et développer l’emploi au plus près des zones d’habitation.


Des contraintes techniques à surmonter


L’une des principales difficultés pour le port est le passage de 50-Hz à 60-Hz pour les navires de croisière, qui sont actuellement aux normes américaines. Les principaux enjeux techniques sont d’une part les niveaux de puissance et d’autre part la conversion de fréquence de 50 à 60 Hz.

Il s’agira donc de doubler la puissance énergétique du port et de la convertir. Le port fait également savoir qu’il ne s’approvisionne qu’en électricité verte. Son ambition dans les prochaines années sera de produire à partir de ses toitures photovoltaïques, une énergie auto consommée à 100 % qu’il réinjectera dans son réseau interne.

Ecomnews - Adds