Ecomnews - Adds
La présidente de la Région Occitanie Carole Delga a pu rencontrer le Président de la République afin d’évoquer les dossiers prioritaires pour la région
Par Denys Bédarride publié le 11 JAN 2019 à 09:10
Situation dans le pays, trains du quotidien, LGV, éolien flottant... La présidente de la Région Occitanie a eu ce 10 janvier une réunion de travail importante avec le Président de la République. Voici les dossiers qui ont été évoqués.

Le Président de la République Emmanuel Macron a donc reçu la présidente de la Région Carole Delga, pour échanger sur le climat national et les projets de l'Occitanie. Au cours de cette réunion de travail, la présidente de Région atout d'abord insisté sur la nécessité de développer un nouveau mode de relation entre Etat et collectivités locales afin d'aller plus vite dans la réponse aux besoins et attentes de nos concitoyens.

Le Président de la République y a répondu favorablement en affirmant vouloir recevoir une contribution des collectivités afin de "libérer les initiatives" dans les territoires.

Carole Delga a par ailleurs insisté sur le sentiment d'injustice fiscale, de fracture sociale et territoriale vécue par les citoyens et les maires des petites communes. Pour elle, une nouvelle participation citoyenne est à bâtir.

Plusieurs dossiers importants de notre région ont par la suite été abordés, notamment les mobilités et l'éolien flottant.

La présidente de Région a souhaité aborder en premier lieu la question des "petites lignes" ferroviaires que la Région souhaite rénover ou rouvrir suite à la concertation citoyenne des Etats Généraux du Rail et de l'Intermodalité (EGRIM) initiée par l'Occitanie. Elle a rappelé que la Région finançait 91% des coûts des travaux mais n'avait pas la maîtrise d'ouvrage, entraînant des retards dans la mise en œuvre et des surcoûts. Sa proposition pour faire en sorte que les régions puissent engager elles-même les travaux, a été jugée favorablement par le Président de la République.

1) Sur la question des deux LGV Montpellier-Perpignan et Bordeaux-Toulouse, indispensables pour l'attractivité du territoire et le développement des trains du quotidien, Carole Delga a demandé au Président de la République d'introduire dans la future loi LOM sur les mobilités qui devrait être discutée en mars, la création de sociétés de projets pour mener à bien ces deux lignes, sociétés inspirées de celles mises en œuvre pour le Grand Paris Express. Emmanuel Macron a affirmé vouloir examiner avec ses services cette proposition.

2) Poursuivant sur la Loi LOM, Carole Delga a une nouvelle fois argumenté sur la nécessité de proposer une offre renforcée et plus cohérente des transports collectifs dans les aires urbaines saturées où nos concitoyens perdent des heures chaque jour dans les embouteillages. La présidente s'est dite prête à proposer de nouvelles formes de coopération entre collectivités pour apporter des réponses concrètes et à la hauteur des difficultés rencontrées. Le Président de la République s'est dit intéressé et ouvert à la discussion sur ce sujet.

3) Carole Delga a également exposé sa proposition de carte grise modulable selon la puissance fiscale, permettant notamment aux propriétaires de véhicules de 4, 5, 6 chevaux, de payer moins cher leur carte grise. Un amendement au projet de Loi de Finances avait été porté par les socialistes au Parlement fin décembre mais rejeté par la majorité. La présidente de Région a demandé au Président de la République, qui a émis un avis favorable, de ressaisir la majorité sur cette question de justice fiscale.

4) Le sujet de l'éolien flottant a également été abordé. Sur ce point, la présidente de Région a exprimé à nouveau sa déception quant aux annonces faites en décembre par le Premier ministre lors de la présentation de la Programmation Pluriannuelle de l'énergie (PPE).

Suite à cet échange, le Président de la République s'est dit prêt à revoir les capacités annoncées initialement, permettant ainsi à la Méditerranée de ne pas être oubliée.

Cette réunion de travail s'est achevée par un échange sur le "grand débat national", dont l'une des premières étapes se déroulera vendredi prochain en Occitanie, dans le Lot, en présence du Président de la République.

Carole Delga a réaffirmé sa position, à savoir l'organisation d'un véritable débat, et non d'un "débat gadget", avec une méthode, du temps, des objectifs, le tout sous le contrôle d'une autorité indépendante, garantissant ainsi à chaque Français de participer et de s'exprimer en toute transparence.

Par ailleurs, la présidente Carole Delga a adressé ces jours derniers deux courriers au Premier ministre concernant la pêche en Occitanie et la création d'une zone de défense sur le périmètre régional.

Ecomnews - Adds