Ecomnews - Adds
Provence Alpes-Côte-d’Azur : La Chambre régionale des comptes valide la gestion des TER du Conseil régional
Par Christol Léa publié le 09 JUIL 2019 à 09:19
La Chambre régionale des comptes (CRC) vient de rendre les conclusions de son rapport sur la politique des transports express régionaux (TER) de Provence Alpes-Côte-d’Azur. Elle dresse une analyse assez positive, tout en exprimant quelques préconisations.

La Chambre régionale des comptes de Provence (CRC) a rendu le 26 juin dernier, les conclusions de son étude sur la politique des transports express régionaux de la région.

Philippe Tabarot, vice-président de la Région délégué aux Transports, est venu présenter, en marge de la plénière de la collectivité régionale, le rapport. L’étude est « plutôt positive sur la politique mise en place » a affirmé l’élu à nos confrères de Made in Marseille.

Sur le litige entre la SNCF et la Région, concernant « la qualité de service et le financement », la CRC a reconnu que la collectivité était « dans son bon droit » lorsqu’elle a recouru à la loi, pour ne plus travailler de manière contractuelle mais en prescription unilatérale avec le géant du ferroviaire, sur une période de trois ans.

« Nous considérions que le service n’était pas à la hauteur, que nous devions trop payer d’autant qu’il n’y avait aucune transparence dans les sommes qui nous étaient réclamées » a indiqué Philippe Tabarot à Destimed.

?id=leHBFzTMxS9eBJgA8vBiYXRo12ZC5KF5

Un coût d’exploitation le plus cher dans l’Hexagone

Dans la région, 560 TER circulent chaque jour. En 2016, ils ont parcouru 14 millions de kilomètres sur les 16 lignes qui leur étaient dédiées. Au total, 25 millions de voyages y ont été effectués.


Cette même année, le fonctionnement des TER a généré 85,8 millions d'€ de recettes tarifaires. Le service des TER était le premier poste de dépenses du budget primitif 2018 de la collectivité régionale, atteignant 295 millions d’euros sur un montant total de 2,4 milliards d’euros (soit 12,5 %), devançant même la politique menée en faveur des lycées. Le coût d’exploitation des TER de la Région Sud est le plus cher de France.

« Des préconisations à mettre en oeuvre »

La CRC est revenu dans son analyse sur « des préconisations à mettre en œuvre ». Elle parle de l’ancienneté des infrastructures ferroviaires et rappelle que la région compte le moins de kilomètres de voie ferrée par habitant.

Alors que la région regroupe 7% de la population nationale, elle ne dispose que d’environ 4% du linéaire du réseau ferré national. Le Conseil régional entend donc réaliser le projet Ligne Nouvelle. Il redimensionnera notamment, la gare Saint-Charles à Marseille et devrait ainsi permettre de fluidifier de réseau TER. Pour faire des économies, la CRC interroge également sur la pertinence de conserver des financements sur certaines lignes de TER peu fréquentées comme la ligne de la Côte-Bleue (Marseille-Miramas) et Nice-Tende.

?id=vJxnwlNH6utVGrQXAhmPWKIQd3PeAFvc

Ecomnews - Adds