Ecomnews - Adds
Quand les Sénateurs sont à l'écoute des patrons azuréens
Par Sanya Maignal publié le 11 JUIL 2019 à 08:00
La délégation sénatoriale aux entreprises s'est rendue début juillet dans les Alpes-Maritimes. Les huit sénateurs ont rencontré nombre de chefs d'entreprises azuréennes, entre autres du secteur de la parfumerie et des arômes et de Carros qui est la première zone industrielle du département avec ses 600 entreprises et plus de 11 000 employés.

Depuis sa création en 2014, la délégation sénatoriale aux entreprises fait entendre la voix des entreprises au Sénat qui est la «maison des territoires »La spécificité du dialogue consiste dans le format : les sénateurs se déplacent sur le terrain, y rencontrent des chefs d'entreprises, recueillent des témoignages et doléances lors des tables rondes » explique la Présidente de la délégation Elisabeth Lamure.

En quatre ans, 25 déplacements dans autant de départements ont été organisés. Début juillet, la délégation a visité les entreprises Robertet, Arcopharma et Peradotto et rencontré nombre de patrons azuréens dont Jean-Pierre Savarino, Président de la CCI et Philippe Renaudi, Président de l'UPE06.

Les patrons azuréens réclament de la simplicité

Qu'il s'agisse du secteur de la parfumerie et des arômes ou d’autres secteurs, les partons azuréens souhaitent plus de simplicité notamment concernant les normes et réglementations qui sont rigides, complexes, changent sans arrêt et deviennent ainsi illisibles.

« Il y a aussi la problématique des charges, précise Dominique Estrosi-Sassone, sénatrice des Alpes Maritimes : 120 charges fiscales pèsent sur l'entreprise même avant qu'elle ne commence à produire et à engranger le moindre chiffre d'affaires ! »

Un autre problème est celui de l'embauche avec la pénurie de main d’œuvre dans certains secteurs et notamment dans le numérique. Une problèmatique de formation et d'orientation valable d'ailleurs pour tout le territoire français.

?id=NkSeahlYhA20c6wpoHfSKzWwyAFjlbj0

Les sénateurs à la recherche de solutions

Les informations, recueillies auprès de ceux qui vivent l'entreprise, font l'objet d'un rapport et seront transmises au Sénat « sous forme de question au gouvernement, proposition de loi ou amendements », explique Jean-Pierre Leleux.

« Il s'agit d'un travail de longue haleine, le système ne permet pas du concret et des changements immédiats, mais l'info est remontée », rassure le sénateur des Alpes-Maritimes.

Pour les chefs d'entreprises, « la visite des sénateurs, le fait qu'il se déplacent, qu'ils viennent comprendre les problématiques est d'une grande importance » confie Claire Perradoto.

« On a besoin de faire passer des messages, on a besoin des outils simples, souples et de la communication », précise la patronne de Peradotto Publicité. Une visite qui réjouit et donne de l'espoir : « C'est la première fois qu'on a une délégation qui pose de bonnes questions, c'est une bonne démarche constructive » soulignent Jean-Pierre Savarino et Philippe Renaudi.

Ecomnews - Adds