Ecomnews - Adds
Quelle est la situation financière de la Région Auvergne Rhône-Alpes ?
Par Denys Bédarride publié le 27 SEPT 2019 à 12:16
La Cour des Comptes a présenté son rapport sur la situation financière et la gestion des collectivités territoriales et de leurs établissements publics. Comment est positionnée la Région en termes de dépenses, d’investissement, d’endettement et d’épargne ?

Il ressort de l’étude précise des finances des régions françaises par la juridiction financière que la Région Auvergne-Rhône-Alpes, présidée par Laurent WAUQUIEZ, se place à la première place en termes de baisse de ses dépenses de fonctionnement, de progression de son épargne nette et de hausse de ses investissements.

Auvergne-Rhône-Alpes fait d’ailleurs partie des deux seules Régions françaises à avoir réduit sa dette.

Enfin, Auvergne-Rhône-Alpes est la Région dans laquelle les coûts induits par la fusion sont les plus faibles. Cela, en réduisant sa fiscalité.

Première Région française pour la baisse de ses dépenses de fonctionnement

Les dépenses de fonctionnement sont en baisse constante depuis 2015, -11,5%

136 millions d'€ d’économies de fonctionnement dès la première année du mandat et 247 millions d'€ en 2017 et en 2018 : 302 millions d€.

« L’objectif que nous nous étions fixé pour la durée du mandat est atteint en 3 ans. Nous sommes la 1ère Région de France pour les économies budgétaires et la seule Région fusionnée qui réalise des économies, ce qui est l’objectif premier de la réforme de la carte des territoires. « précise Laurent Wauquiez.

Depuis 2016, l’ensemble des leviers d’optimisation et d‘économies possibles ont été mobilisés en faisant diminuer les frais généraux grâce aux renégociations de contrats, en refondant les dispositifs d’intervention avec un redéploiement sur l’investissement et en ayant une gestion active de la dette.

S’ajoutent les mesures de simplifications afin de rationaliser le fonctionnement de la Région en diminuant/supprimant les intermédiaires et en simplifiant les dispositifs d’intervention régionaux. Les nouveaux outils de la Région comme la Centrale d’Achat ont permis justement d’optimiser les marchés publics.

La Région a réalisé 685 millions d'€ d’économie entre 2015 et 2018 qui seront réinvestis sur tous les territoires pour pouvoir accompagner le plus de projets possibles au service des habitants de la Région.

Première Région française pour la progression de son épargne

Grâce aux diminutions des dépenses de fonctionnement, l’épargne brute poursuit sa progression. Le niveau de l’épargne brute conditionne les capacités à investir d’une collectivité locale.

L' épargne nette a elle augmenté de 121,5% depuis 2015. « En valeur absolue, nous avons la plus forte épargne nette de toutes les Régions, à 549,48 millions d'€. Ce niveau d’épargne permet à la Région d’augmenter son autofinancement, de se mettre en situation de financer un niveau supérieur d’investissement sur la suite du mandat. « indique le Président.

?id=sejhhmTg11Fp6Azfpu72vhji43tjCFUp

Parmi les deux seules Régions françaises à réduire sa dette

En 2016, l’Agence de notation Standard and Poor’s a relevé notre note de AA- à AA. En 2017, c’est notre qualité de crédit intrinsèque qui a été réévaluée à aa +, cette notation est confirmée en 2018.

Seules deux Régions métropolitaines ont baissé leur dette depuis 2015 : Normandie et Auvergne-Rhône-Alpes.

Les intérêts de la dette sont passés d’une charge annuelle de 80 millions d'€ en 2015 à 59 millions d'€ en 2018.

La capacité de désendettement de la Région a été réduite de deux années.

Première Région française pour la progression de son investissement

« Grâce à nos efforts, nous investissons massivement au service de nos territoires. En 2018, nous investissons 1,25 milliard d'€ (avec FEADER) contre 699 millions d'€ en 2015 soit une hausse de 78,8% soit +551millions d€. Nous sommes la Région qui a le plus augmenté ses dépenses d’investissement dans les territoires entre 2015 et 2018. Nos dépenses d’investissements sont rendues possibles grâce à nos économies. «

Pour 2018, les chiffres sont ceux-ci :

  • Enseignement : 334 millions d'€ pour les lycées et l’enseignement supérieur, soit + 72 M€ en 3 ans
  • Action économique : 187 millions d'€, soit + 68 M€ en 3 ans ;
  • Transports : 198 millions d'€, soit + 63 M€ en 3 ans ;
  • Aménagement du territoire : 124 millions d'€, dont 43 millions d'€ pour le déploiement du numérique, soit + 21 M€ en 3 ans ;
  • Plan Marshall des lycées : exécuté à hauteur de 684 millions d'€ soit 46% de l’objectif de 1,5 milliard d'€ ;
  • Six nouveaux lycées

Auvergne-Rhône-Alpes a réduit sa fiscalité

En 2019, baisse de 20 % la part régionale de TICPE (taxe sur le carburant), nouveau tarif applicable depuis le 1er janvier 2019. Cela permettra de « rendre » 17 millions d'€ aux habitants d’Auvergne-Rhône-Alpes

La nouvelle Région a aligné les tarifs de fiscalité à 43€/CV. Cet alignement à même permis de faire baisser le prix de la carte grise pour les Auvergnats passant de 45 à 43€/CV.

Alignement à 100% l’exonération de la taxe sur les cartes grises pour les véhicules propres (contre 50% en ex-Rhône-Alpes).

« Entre 2005 et 2015, les précédents exécutifs avaient augmenté les taxes et impôts régionaux de 360 M€ : 70 M€ en Auvergne et 290 M€ en Rhône-Alpes « a conclu Laurent Wauquiez.

(source : audit Ernst & Young réalisé en début de mandat).

Ecomnews - Adds