Ecomnews - Adds
Sofradir et sa filiale Ulis investissent 150 millions d’euros en Isère
Par Diallo Anna publié le 06 FEVR 2019 à 08:00
Sofradir, société de fabrication de détecteurs infrarouges utilisée entre autres dans des équipements militaires et aérospatiaux, et sa filiale Ulis vont investir 150 millions d’euros dans le développement de ses détecteurs nouvelle génération.

Dans le cadre de leur programme “Nano-2022”, Ulis et Sofradir investissent ensemble 150 millions d’euros, qui seront principalement engagés sur les sites de production de Veurey-Voroize en Isère, et de Palaiseau en Essonne.

La technologie développée par ces deux entreprises donne lieu à des innovations d’intérêt public, telles que des voitures freinant automatiquement lorsqu’un piéton traverse, ou des casques de pompiers détectant des personnes en danger malgré une fumée dense.

“Les technologies infrarouges apportent des solutions utiles pour améliorer l'assistance à la personne, la mobilité, l’efficacité énergétique, les systèmes de sécurité et de surveillance environnementale, des enjeux essentiels pour nos sociétés”, explique Jean-François Delepau, président de Sofradir et d’Ulis.

L’objectif est pour eux de mettre en place une ligne pilote pour les nouvelles filières technologiques, incluant des équipements de microélectronique et une surface blanche pour accueillir ces derniers.

Sofradir s’est donné pour mission de faire évoluer les capteurs de très grande dimension pour les secteurs de l’observation spatiale et de l’astronomie. Il cible ainsi des clients comme le Très Grand Télescope de Chili, ou tous ceux dans le secteur du monitoring de CO2.

Pour ce qui est de sa filiale Ulis, il souhaite répondre à la forte demande de systèmes autonomes pour les bâtiments intelligents en travaillant sur les détecteurs infrarouges de nouvelle génération.

À cela s’ajoute l’objectif de la sécurité automobile et du contrôle de l’environnement intérieur des véhicules, avec notamment le développement de capteurs détectant lorsque le conducteur s'endort.

La Commission Européenne soutien à hauteur de 1,75 milliard d’euros le secteur de la recherche en microélectronique dans le cadre de l’IPCEI, le projet Européen d’investissement commun à la France, l’Allemagne, l’Italie et le Royaume-Uni.

Un projet européen dont Sofradir recevra 20% du budget, et 35 millions d’euros de la Région Auvergne Rhône-Alpes, investit pour le programme “Nano-2022” qui comptent d’autres sociétés comme Soitec et STMicroelectronics.

Ecomnews - Adds