Ecomnews - Adds
L’ Université Côte d’Azur sélectionnée pour recevoir un Institut Interdisciplinaire d’Intelligence Artificielle
Par Denys Bédarride publié le 29 AVR 2019 à 08:00
L’Université Côte d’Azur, le CNRS, Inria, la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis et la Métropole Nice Côte d’Azur annoncent que le projet 3IA Côte d’Azur de création d’un Institut Interdisciplinaire d’Intelligence Artificielle (3IA) porté par Université́ Côte d’Azur, le CNRS et Inria a été labellisé par le jury international le 24 avril dans le cadre du programme national pour l’intelligence artificielle. Une décision importante.

Le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation vient d’annoncer la labellisation du projet 3IA Côte d’Azur pour recevoir un Institut Interdisciplinaire d’Intelligence Artificielle.

Ce projet d’institut porté par Université Côte d’Azur réunit les acteurs principaux du site tels que le CNRS, Inria, Inserm,EURECOM, MINES ParisTech, SKEMA Business School avec le soutien du CEA, du CHU de Nice, du CSTB, du CNES, de Data Science Tech Institute et de l’INRA.

Le projet a également été soutenu par plus de 60 entreprises du territoire comme Accenture, Amadeus, ARM, Blu Manta, Doriane, inHEART, NXP, Renault, SAP, Thales et Therapixel, mais aussi par les collectivités locales et en particulier la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis.

Cette labellisation s’inscrit dans une dynamique de site portée par Université Côte d’Azur depuis 2012 et la labellisation de ses premiers laboratoires d’excellence (Labex) et confirmée par l’obtention du label Initiative d’excellence en 2016 qui la place parmi les 10 meilleures universités françaises de classe mondiale.

Le projet du 3IA Côte d’Azur reposera sur 4 axes scientifiques :

  • l’intelligence artificielle fondamentale : statistiques, machine et deep learning
  • l’intelligence artificielle au service de la médecine computationnelle
  • la biologie computationnelle et l’IA bio-inspirée
  • l’IA et les territoires intelligents et sécurisés

Le 3IA Côte d’Azur sera centré autour des applications concernant la santé et la biologie numérique et les territoires intelligents.

Un programme ambitieux de 25 chaires pour débuter puis de 5 chaires supplémentaires par an permettra de constituer le noyau scientifique de l’institut et d’accroitre l’attractivité du site. Le programme innovation du projet implique 62 grandes entreprises, PME et startups, majoritairement implantée dans la Région Sud.

Dans le cadre du programme de formation, l’objectif est de doubler le nombre de personnes formées à l’intelligence artificielle. Une attention particulière est portée au volet international du projet avec le développement de coopérations avec les partenaires privilégiés d’Université Côte d’Azur comme par exemple l’Université de Laval à Québec (Canada) très investie dans les défis liés à l’intelligence artificielle.

Le 3IA Côte d’Azur sera situé sur le Campus Sophia Tech au sein de la première technopole d’Europe qu’est Sophia Antipolis. Au travers de cette création, une nouvelle vision de Sophia Antipolis se construit, où travaillent de façon horizontale entreprises, université et collectivités locales.

Au-delà du territoire sophipolitain, c’est l’ensemble des acteurs du territoire qui bénéficiera de cette dynamique : la Métropole Nice Côte d’azur avec son positionnement très actif sur le thème de la ville intelligente, le département des Alpes Maritimes et sa Maison de l’Intelligence artificielle en collaboration avec laCommunauté d’Agglomération Sophia Antipolis et Université Côte d’Azur, ou encore les réflexions actuelles de la Ville de Cannes autour de l’IA.

Pour Jean-Marc Gambaudo, Président d’Université Côte d’Azur : « Il s’agit de l’aboutissement d’un long travail de mise en place et de concertation entre UniversitéCôte d’Azur, les partenaires socio-économiques et les collectivités locales qui a commencé bien avant le rapport de Cédric Villani et l’annonce du Président Macron. Le porteur du projet, David Simplot a enclenché une dynamique collective. Tous les acteurs mobilisés (Université, Inria, CNRS, Inserm, INRA, EURECOM, MINES ParisTech) ainsi que les entreprises, ont travaillé main dans la main avec Université Côte d’Azur et je les en remercie vivement. En tant que Président, il est très agréable de voir ses idées et sa propre vision portées et partagées par d’autres acteurs, plus jeunes, et c’était bien le cas de la délégation qui est allée à Paris défendre notre projet.

Une délégation sans doute plus axée que d’autres sur les compétences que les situations, plus ancrée sur le sujet même de l’Intelligence Artificielle que sur le cadre politique local. Il était important de signaler que pour nous, l’adhésion et la convergence de vue de tous les acteurs au projet n’est plus à démontrer.

Je veux enfin rendre un hommage tout particulier à Benoit Debosque qui nous a quitté bien trop tôt et dont le rôle à la tête de la Délégation du CNRS a été déterminant pour consolider notre dynamique collective et permettre d’obtenir de tels succès. »

David Simplot, directeur du centre de recherche Inria Sophia Antipolis - Méditerranée et porteur du projet 3IA Côte d’Azur a précisé « Ce qu’il faut retenir du projet3IA Côte d’Azur, c’est avant tout qu’il a été porté par l’ensemble des membres de l’enseignement supérieur et de la recherche du territoire pour lesquels la recherche enintelligence artificielle est un axe important et que les entreprises se font très fortement mobilisées sur le dossier ce qui correspond à l’ADN de l’écosystème. Le travail ne fait que commencer et les prochaines étapes sont la mise en place des chaires 3IA mais aussi les groupes de travail permettant de monter en puissance sur les sujets interdisciplinaires, notamment en coordination avec l’Inserm et l’INRA sur les sujets de la santé et de la biologie. Sur les "smart territoires", notre défi est de réussir à faire monter et à attirer des talents pouvant candidater sur des chaires 3IA. »

Pour Jean Leonetti, le Maire d’Antibes-Juan Les Pins, Président de la Communauté d’Agglomération de Sophia Antipolis « En labélisant Sophia Antipolis comme Institut Interdisciplinaire de l’Intelligence Artificielle, le gouvernement confirme une fois de plus l’attractivité considérable de notre territoire. Alors que nous fêtons les 50 ans de Sophia Antipolis, la première technopole d’Europe continue à briller de par son potentiel humain, technologique et scientifique. Demain, avec lavolonté des gouvernants, l’intelligence artificielle sera encore plus que jamais au cœur de toutes les tâches de notre quotidien. Comme Sophia Antipolis a historiquement su le faire avec la micro-électronique, les télécommunications, le numérique et l’internet, nous démontrons qu’aujourd’hui encore notre technopole possède les atouts nécessaires pour aborder cette nouvelle ère de l’IA, et pour intégrer les tendances profondes de la technologie ».

Pour Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur : « J’ai souhaité dès le début que la Métropole Nice Côte d’Azur apporte son soutien à cette candidature. Je me réjouis donc de cette sélection qui est une formidable nouvelle pour l’attractivité universitaire, scientifique et économique de notre territoire. En accueillant l’institut 3IA, Nice Côte d’Azur, smart city mondiale reconnue, va confirmer son rôle moteur dans le rayonnement industriel de la France et dans la maîtrise et l’exploitation de la révolution technologique majeure que constitue l’Intelligence Artificielle. »

À propos d'Université Côte d'Azur

Université Côte d'Azur est un regroupement d'établissements d'enseignement supérieur sur la Côte d'Azur. Il rassemble les principaux acteurs de l'enseignementsupérieur et de la recherche sur la Côte d'Azur.

Université Côte d'Azur vise à développer le modèle du XXIe siècle pour les universités françaises, basé sur de nouvelles interactions entre disciplines, une nouvelle forme de coordination entre recherche, enseignement et innovation et de solides partenariats avec le secteur privé et les collectivités locales.

En janvier 2016, Université Côte d'Azur a remporté le prestigieux prix «IDEX» du gouvernement français pour son projet UCA-JEDI, qui l'a placée parmi les 10 meilleures universités françaises de classe mondiale.

Ecomnews - Adds