Ecomnews - Adds
Vaucluse : La CoVe débloque 50 000 euros pour la remise en culture de terres agricoles en friche
Par Fiona Urbain publié le 05 AOÛT 2019 à 09:18
Dans le cadre du projet d'aménagement de l'Espace Economique du Piol à Mazan, la CoVe (Communauté d'Agglomération Ventoux Comtat Venaissin) va apporter son soutien économique pour protéger les terres agricoles impactées par ce projet.

Depuis le 1er janvier 2017, une nouvelle réglementation impose aux porteurs de projets d'aménagement urbain de réaliser une étude de l'impact économique du projet sur l'économie agricole locale et si l’impact est avéré, de mettre en place un processus de compensation agricole.

50 000 euros débloqués sur 5 ans

La CoVe va participer à hauteur de 50 000 euros, échelonnés sur 5 ans pour le financement de travaux de remise en culture de friches agricoles. Objectif : compenser les hectares de terres agricoles impactées par le projet de la ZAC du Piol à Mazan.

Elle s'associe notamment avec la cave Demazet à Mazan, l'ancien propriétaire des parcelles impactées aux côtés de la SICA Paysans du Ventoux.

La cave Demazet dispose d'un outil de portage foncier qui lui permet de racheter des terres agricoles. "L'idée c'est que souvent les terres agricoles partent à la vente d'un coup, les agriculteurs ou coopérateurs ne sont pas forcément en situation d'acheter les terres au moment où se font les transactions, mais avec cet outil notre cave se trouve en mesure de les acheter à leur place", détaille Philippe Sauzade, dirigeant de la cave Demazet.

Premières négociations avec les propriétaires dès octobre 2019

Au total, 7 hectares en raisins de cave sont concernés ainsi que 6500 m2 de raisins de table. "Le soutien de la CoVe devrait permettre de compenser les 7 hectares de terres perdus en affectant l’argent au financement de remise en culture d'anciennes parcelles agricoles qui sont actuellement en friches", explique Julien De Michele, chargé de projet à la CoVe.

La phase de négociations avec les propriétaires devrait débuter en octobre 2019. "Si on obtient l'accord des propriétaires, on envoie des prestataires pour mener les travaux de défrichage et ensuite le processus est rapide" assure Julien De Michele.

Une soixantaine d'hectares de terres agricoles sont en friche, représentant une vingtaine de parcelles (essentiellement des petites surfaces) pour une vingtaine de propriétaires concernés.

En parallèle, la CoVe s’engage aussi pour favoriser le développement de circuits courts et encourager le développement numérique des exploitations agricoles.

Ecomnews - Adds