Ecomnews - Adds
Vendargues : Reportage au coeur du groupe Optitec qui pèse plus de 15 millions d’euros
Par Johanne Eva Desvages publié le 01 AVR 2019 à 10:00
A l’occasion d’une journée portes-ouvertes réservée aux clients d'Optitec, Ecomnews s’est glissé dans les ateliers de l'entreprise montpellieraine. Le groupe, qui compte 210 salariés, pèse aujourd’hui plus de 15 millions d’euros de chiffre d’affaires. Une croissance fulgurante en moins de 17 ans, dirigée par Luc Martin et Joël Varescon.

Il travaille avec des donneurs d’ordre tels que Somfi, Schneider, Areva, Hilti ou encore Zodiac. Le groupe Optitec, qui fêtera bientôt ses 17 ans, a déjà tout d’un grand. Lorsqu’ils l'ont créé en 2002, Luc Martin et Joël Varescon ont fait le choix de s’installer près de Montpellier, à Vendargues. Rapidement, d’autres unités ont été implantées : Technocoat à Chassieu et Technolaq à Izernore, en Auvergne Rhône-Alpes, mais aussi Surfaprotec en Tunisie.

"Nous sommes spécialisés dans le traitement de surface et l'application de peinture industrielle pour pièces métalliques" nous indique Luc Martin. Au total, 210 salariés travaillent aujourd’hui au sein du groupe, qui a notamment en charge la réalisation des barres de toit pour le groupe PSA.

Les commandes s’enchainent et le chiffre d’affaires et en croissance régulière, "avec une hausse de 10 à 15%" enregistrée en 2018, nous précise Joël Varescon.

Pour montrer et valoriser le savoir-faire d'Optitec, les fondateurs ont organisé pour la 2e année consécutive une soirée dédiée aux prescripteurs : architectes, promoteurs; urbanistes, économistes, bureaux d’études et bureaux techniques… Le lendemain était consacré à la découverte des ateliers de Surfatech Surfacier, l’entité montpelliéraine.

?id=fj12owYry4iDOoAyhBiuJffE4gyLFNro

La croissance régulière du groupe s’explique aussi par l’obtention du label Quali-steel coat qui amène des garanties sur la pérennité de l’ouvrage. L’année passée a ainsi été marquée par deux commandes particulièrement exceptionnelles : "le dossier Smoove avec ses 48 000 bornes vélib parisiens ainsi que le chantier de l’Arbre blanc à Montpellier".

Plus de 600 bornes ont été peintes par jour dans les ateliers du groupe, pour une commande à 3 millions d’euros. Le chantier de l’Arbre blanc, quant à lui, a nécessité la pose de plus de 5000m2 de peinture sur l'acier traité des balcons et pergolas, pour 7 mois de travail.

Ecomnews - Adds