Ecomnews - Adds
Vienne : La reprise de la Fonderie du Poitou par le groupe Liberty House validée par la justice
Par Robert Fages publié le 01 MAI 2019 à 13:31
Le plan prévoit de conserver un effectif de 623 emplois sur 732 et une diversification de l’activité.

Les tribunaux de commerce de Lyon et de Poitiers viennent de décider de confier la reprise des sociétés Saint-Jean industrie du Poitou et Fonderies du Poitou Fontes au groupe anglo-indien Liberty House.

Ces deux entreprises, spécialisées dans la fabrication de culasses et de carters de moteur, ont dû faire face à de lourdes difficultés depuis plus d’un an en raison de la baisse de commandes, de la fragilité financière de leurs actionnaires respectifs et de leur forte dépendance à un client unique. Elles avaient été placées en redressement judiciaire, respectivement 2018 et 2019.

La reprise des deux sociétés qui constituent le site des Fonderies du Poitou marque l’issue d’un processus organisé avec le concours actif et constant des services de l’Etat, sous l’égide du Comité interministériel aux restructurations d’entreprises et du délégué interministériel aux restructurations d’entreprises.

Elle permet de maintenir 623 des 732 emplois industriels du site d’Ingrandes-sur-Vienne. Le maintien d’un effectif de 623 personnes devrait permettre GFG Alliance Liberty House de bénéficier de l’expérience et de l’expertise locales.

Le groupe travaillera de concert avec la direction et le personnel pour améliorer les pratiques de travail opérationnelles afin que les entreprises puissent diversifier leurs gammes de produits et accroître leur part de marché.

De plus, comme les deux sites utilisent en partie des matériaux recyclés pour produire leurs composants, leur acquisition est un pas de plus vers le développement par GFG d’une chaîne logistique Green-aluminium et Greensteel dont l’un des éléments clés est l’utilisation accrue de métaux recyclés dans le processus de production.

Renault, qui sous traite avec les deux usines, s’est engagé pour quatre ans à garantir un volume de commandes. Pour Douglas Dawson, PDG de Liberty Industries :

«C’est un grand jour pour les deux entreprises et pour notre groupe. C’est également un aboutissement pour les employés que je suis ravi d’accueillir au sein de la famille GFG et dans notre portefeuille d’entreprises françaises en pleine croissance. Nous avons exprimé clairement dès le début l’importance que revêt à nos yeux le marché français et l’acquisition de ces fournisseurs automobiles spécialisés est une étape stratégique significative dans notre plan d’expansion national, dans un premier temps, et à plus long terme, dans la valorisation et la sauvegarde des emplois et des compétences.

Cela nous permet d’étendre incontestablement notre présence sur le marché et de poursuivre notre objectif qui est d’améliorer nos capacités en tant que fournisseur stratégique de premier rang dans le secteur automobile européen ».

Et Philippe Baudon, directeur Europe de Liberty Engineering Group, de souligner : « Nous saluons la décision des tribunaux. Celle-ci nous permet non seulement de conserver les emplois sur les sites mais également des centaines d’autres dans le réseau de sous-traitance qui dépend de ces entreprises ». GFG Alliance Liberty House était le seul repreneur encore en lice.

Ecomnews - Adds