Ecomnews - Adds
Quelles sont les 20 propositions des patrons provençaux au débat national ?
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 08 AVR 2019 à 08:00
Simplifier les services de l’Etat, assurer une stabilité réglementaire, inverser le modèle de la fiscalité pour qu’elle devienne incitative plutôt que punitive, booster la mobilité douce, avoir le droit d’innover pour réussir la transition écologique… 20 propositions émanant des chefs d’entreprises d’Aix-Marseille, consignées dans un document de 55 pages, ont été remises, le 3 avril 2019, au préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur Pierre Dartout.

Bravant la pluie, les embouteillages et l’heure tardive, une centaine de chef d’entreprises était au rendez-vous, le 3 avril au Palais de la Bourse de Marseille, pour assister à la remise d’un document au préfet de Région consignant une vingtaine de pistes prioritaires destinées à alimenter le grand débat national.

Ce dernier s’est engagé à les faire remonter au plus haut niveau de l’Etat tout en invitant les chefs d’entreprise à poursuivre ce travail de fond engagé en février 2019 sous l’impulsion de la Chambre-de Commerce et d’Industrie Marseille-Provence aux côtés des organisations patronales et syndicats professionnels.

« Des artisans, chefs d’entreprises, patrons ont rejoint les gilets jaunes, ils s’endettent, n’arrivent pas à se verser de salaire. Nous assistons à une perte de repères, un manque de cohésion sociale. Les entreprises doivent aider la société à évoluer. La CCI est le porte-voix des 105 000 entreprises. Après la phase d’analyse et de propositions, il faut entrer dans l’action, trouver des solutions concrètes pour améliorer le quotidien des entrepreneurs », a déclaré Jean-Luc Chauvin, tenant entre ses mains la synthèse d’une concertation locale menée 1er février au 15 mars.

Durant cette période, près de 750 chefs d’entreprises provençaux ont apporté leur contribution au grand débat national à la fois sur la plate-forme participative « Tous acteurs » et en participant à 25 réunions de concertation organisées sur le territoire métropolitain.

« Nous avons suivi les quatre thèmes retenus dans le grand débat : Transition écologique, fiscalité, organisation de l’Etat et des services publics, citoyenneté et démocratie », a expliqué Maurice Wolff. Détaillant les propositions et enjeux, le vice-président de la CCI Marseille-Provence, a notamment souligné que « pour 70% des chefs d’entreprises interrogés, la transition écologique constitue un facteur de réussite pour la métropole ».

Au chapitre de l’amélioration de l’action publique, trois patrons sur quatre plaident en faveur de la fusion métropole-département.

?id=XuQ8U3ctpjmeCKaHv1exn0U06dDvsWgoDe g. à dte : Jean-Luc Chauvin, président de la CCI Marseille-Provence, Pierre Dartout préfet de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et Préfet des Bouches-du-Rhône, Ely de Travieso, vice-président de la CPME 13, Alain Dousse, Président de l'Upe 13 Aubagne-Gémenos-La Ciotat. ©NBC

« L’Etat a besoin de simplifier ses procédures »

Alain Dousse, au nom de l’UPE des Bouches-du-Rhône, se disant très inquiet par le manque d’assiduité des députés à l’Assemblée nationale, a affirmé l’importance des corps intermédiaires, des élus locaux et des syndicats professionnels .

« Nous devons être le relai d’information. Nous espérons que ces propositions seront prises en compte », a-t-il souligné. De son côté Ely de Travieso, vice-président de la CPME 13, fonde de grands espoirs dans une simplification de la fiscalité.

« Ce mouvement des gilets jaunes, parti du refus d’une nouvelle hausse de la taxe sur la carburant souligne une profonde interrogation dans le pays quant au poids de la fiscalité. Celle-ci a des contreparties », explique le Préfet, citant l’exemple du coût de l’enseignement supérieur en France et en Grande-Bretagne.

Interpellé sur le train de vie de l’Etat, il a rappelé la baisse constante du nombre de fonctionnaires depuis les années 2000. Parmi les vingt propositions, le préfet Dartout a notamment retenu la demande des patrons en faveur d’un environnement réglementaire stable.

« L’Etat a besoin de simplifier ses procédures. C’est long, mais nous progressons », a-t-il ajouté. S’engageant à être le relai des chefs d’entreprises, il les a invité à poursuivre la concertation. « Il faut que toutes les entreprises portent leurs voix, je suis preneur de nouvelles séances », a conclu le représentant de l’Etat.

Nathalie BUREAU DU COLOMBIER en direct de Marseille

Ecomnews - Adds