Ecomnews - Adds
Alpes-Maritimes : Le Conseil départemental doit revoir fortement son budget pour faire face aux crises successives
Par Sanya Maignal publié le 11 NOV 2020 à 08:00
Plus qu'ailleurs, le Conseil Départemental des Alpes-Maritimes doit revoir sa copie budgétaire. Trois urgences, des postes lourds et non-prévus, pèsent sur le budget. Pour la première fois depuis des années, un emprunt de 200 millions d'euros s'impose.

Le surendettement pèse sur le Conseil Départemental des Alpes-Maritimes. Depuis plus de dix ans, les comptes se redressaient, la dette, due, entre autres à une excellente gestion, diminuait et là une triple crise suivie d'une catastrophe naturelle oblige le Conseil départemental à revoir sa copie budgétaire et à faire un emprunt conséquent afin d’équilibrer les comptes.

?id=X9QxYQ22FKV1wGOAKmNVuDXf3Q0r1jrG

Un budget exceptionnel pour l'après Alex

Les modifications budgétaires tiennent compte des états d'urgence sécuritaires, sanitaires et économiques. Et comme si ces trois situations qui frappent tout le pays ne suffisaient pas, la tempête Alex s'est abattue sur les Alpes-Maritimes apportant son lot de drames sociaux et humains.

L'estimation des dégâts s'élève à un milliard d'euros en ce qui concerne uniquement les compétences du Département : routes (près de 600 millions d'euros) et bâtiments détruites plus ce qu'il faudra mettre en place pour reconstruire.

Dans l'attente que l'Etat tienne ses promesses (le Président de la République a annoncé une aide de plusieurs centaine de millions d'euros lors de sa venue dans les Alpes-Maritimes ndlr) le Conseil Départemental mobilise immédiatement 200 millions d'euros pour la reconstruction des vallées.

4 millions d'euros sont prévus pour l'aide financière d'urgence aux victimes et 55 millions d'euros pour le nouveau programme intitulé «reconstruction des vallées » spécialement créé.

?id=IlbxxuBfcWNDzv2mIp00LbxEONWixegx

Soutenir l'économie azuréenne en temps de Covid

La gestion de la crise sanitaire et le soutien de l'économie azuréenne rentrent également dans la modification des orientations budgétaires. Le Conseil Départemental prolonge jusqu'au 31 décembre les dispositifs d'aide aux professionnels de santé libéraux et aux commerces recevant du public dans la mise en œuvre des protocoles sanitaires.

Ils étaient 3100 professionnels à en bénéficier en printemps dernier. Charles Ange Ginésy, Président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes promet qu'aucune des grandes politiques du développement du Département ne sera mise de côté par la gestion de la crise sanitaire et la reconstruction des vallées.

Il souhaite que Green Deal et Smart Deal soient les supports d'un plan de relance départemental ambitieux et centré sur les investissements d'avenir. De nouveaux dispositifs, opérations et programmes sont prévus : Les Alpes-Maritimes avancent.


Les recettes en baisse


Un point positif : l'excédent cumulé de 2019 de 59,2 millions d'euros... insuffisant ! Si d'un coté l'Etat se désengage petit à petit depuis des années et que les recettes sont en baisse, les dépenses sont, dûes aux urgences et crises, en forte hausse.

Le Conseil départemental est confronté à des dépenses importantes et non prévues à la hauteur de 238 millions d'euros : 120 millions d'euros dus à la chute brutale des droits de mutation (la crise Covid ayant entraîné un ralentissement des transactions immobilières), 60 millions d'euros pour faire face à la tempête Alex et 38 millions d'euros pour la Covid.

Les conseillers départementaux n'ont pas eu le choix : après 5 années marquées par une baisse de l'encours de la dette de 124 millions d'euros, ils ont donné le feu vert pour porter à 200 millions d'euros la capacité d'emprunt du Département pour l'année 2021.

Ecomnews - Adds