Ecomnews - Adds
Bordeaux : Des planches de surf à base de polystyrène biosourcé
Par Fiona Urbain publié le 30 AOÛT 2021 à 09:47
La startup bordelaise Nomads Surfing innove en lançant en avant-première un pain de mousse formé à partir de matière végétale, une alternative plus responsable pour les surfeurs.
Le surf, fraîchement promu sport olympique à Tokyo, continue d’attirer les pratiquants toujours plus nombreux. En atteste la saturation des écoles de surf sur le littoral Atlantique et l’explosion du nombre de pratiquants, estimés aujourd’hui à plus de 700 000 selon la fédération française de surf.

Sport nature, apprécié de tous pour l’état d’esprit et la philosophie qu’il véhicule, le surf contribue aux émissions carbones de notre planète.
Entre le matériel principalement fabriqué en Asie (90% de l’industrie), issu de l’industrie pétrochimique (planches en polyuréthane, combinaison en néoprène, dérives en carbone, grips en mousse EVA) et la volonté de voyager et prendre l’avion pour trouver les meilleures vagues, le surfeur n’est pas exempt de tout reproche.

Pour faire face à cette problématique, la startup Nomads Surfing innove en lançant en avant-première un pain de mousse formé à partir de matière végétale.

Ce pain de mousse non pétro-sourcé, appelé BIOM®, âme de la planche, qui en représente environ 90% du volume total, est une véritable alternative au polystyrène expansé (PSE) et au polyuréthane (PU).

Ainsi les matières premières fossiles utilisées pour la fabrication de polystyrène sont remplacées par des matières premières issue de la biomasse comme les déchets verts.

Cette innovation s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire et permet une réduction des matières premières fossiles et des émissions de CO2 d’au moins 30%.

Les pains de mousse des planches Nomads Surfing sont ainsi 100% recyclables et la planche elle-même peut être à 100% revalorisée en fin de vie. Le pain sera intégralement recyclé quand la fibre et la résine seront quant à elles utilisées dans des cimenteries.

?id=LpIQp1adR05pX11pChriQXK0jaluUUdL

« L’industrie du surf contribue à la pollution globale de notre planète et les alternatives peines à émerger face aux majors du secteur. En tant que petit poucet d’une industrie qui pèse des milliards de dollars, nous sommes fiers de proposer aux surfeurs des alternatives leur permettant de réduire leur impact sur l’environnement » explique Basile Gentil, l’un des cofondateurs de la jeune entreprise Bordelaise.

Nomads Surfing ne souhaite pas s’arrêter là. Après les planches de surf, les ailerons en filets de pêche ou les grips en liège recyclé, la startup lancera d’ici la fin d’année des leashs (lien qui relie le surfeur à la planche) recyclés fabriqués en France.

Avec une gamme complète, chaque surfeur pourra ainsi s’équiper de la tête au pied avec du matériel éco- conçu fabriqué en France réduisant ainsi l’impact de sa pratique.

?id=spWMc5pOszcCR96u7hcERwlUERWYX7GN

Nomads Surfing : l’économie circulaire au service du surf

Trois amis, Basile, Nicolas et Thomas, passionnés de surf et globe-trotteurs, ont fait un constat terrible : « le plastique n’en finit pas de détruire notre écosystème ». Ils ont fait la triste expérience des plages de détritus de Kuta à Bali aux déchets hivernaux sur le littoral aquitain. En parallèle, l’industrie du surf est en pleine explosion, mais c’est une industrie toujours aussi polluante. Les trois garçons décident d’agir, à leur échelle, pour préserver l’environnement et les océans tout en continuant à surfer. Nomads Surfing est née.

L’un des premiers projets a été la création de planches de surf labélisées « éco-board » à empreinte carbone réduite, fabriquées à base de pains de mousse polystyrène en partie recyclé et à partir d’une résine époxy composée à 40 % de déchets végétaux ou encore de fibres naturelles de lin et de basalte.

Des grands sacs de voyage pour les planches de surf, des pochettes et des sacs à dos provenant du recyclage des bâches évènementielles et upcyclées par un atelier solidaire à Bordeaux, Recup’R viennent compléter la gamme.

Nomads Surfing reverse également 5% de ses ventes à trois associations : Project Rescue Ocean (France), EcoKnights (Malaisie) et The Life Boat Project (Philippines), dont ils soutiennent bons nombres de leurs projets comme la conception d’un récif artificiel aux Philippes, ou encore la création prochainement d’une charte éco-responsable destinée aux écoles de glisse françaises.

Ecomnews - Adds