Ecomnews - Adds
Le Campus des Jeunes investit les Vivres de l'Art à Bordeaux pour développer les relations avec l'Afrique
Par Guillaume Ptak publié le 20 AVR 2019 à 08:00
Dans le cadre des Journées Nationales des Diasporas Africaines, les Vivres de l'Art de Bordeaux accueillait le 13 avril, le Campus des Jeunes. Cet événement inédit donnait la parole aux jeunes au cours de deux débats sur les questions des études et de l'entrepreneuriat, en lien notamment avec l'Afrique.

Organisé en partenariat avec le Conseil Présidentiel pour l'Afrique, cette matinée d'échanges a pris place au sein de l'ensemble architectural Les Vivres de l'Art de Bordeaux.

Au cours de plusieurs ateliers structurés sous la forme de questions réponses et de prises de parole de l'assistance, les participants ont pu faire entendre des points de vue très variés sur les questions des études et de leur coût, de la formation, du soutien des gouvernements et de l'entrepreneuriat.

?id=U4yyXM0pH2Vpahi2cCHe7OkqraAzYb22

Entreprendre avec l'Afrique

Christian Jekinnou est le directeur exécutif d'Afric'Innov, un fonds destiné à professionnaliser les structures d'accompagnement à l'entrepreneuriat en Afrique.

Pour lui, ce genre de rendez-vous est crucial pour le développement des relations économiques entre la France et le continent africain : « Il y a des opportunités mais ce n'est pas aussi facile que ça peut en avoir l'air, il faut rentrer dans une vraie logique de collaboration, assure-t-il. Il faut aller vers l'Afrique, mais il faut aussi permettre à de jeunes entrepreneurs africains de pouvoir venir entreprendre ou se former en France. »

?id=8SrDLExuzlPnHFff7VoiStVoQaN7oQvV

La question des frais de scolarité au cœur des débats

Une réciprocité essentielle pour Sarah Toumi, membre du Conseil Présidentiel pour l'Afrique et animatrice des ateliers : « On doit travailler sur le marketing des études en Afrique, il faut les rendre plus attractives pour les étudiants français à travers des succes stories d'étudiants africains déjà présents en France, explique-t-elle. De l'autre côté, il faut améliorer les conditions d'accueil des étudiants africains en France. Le gros point d'interrogation, c'est la question de l'augmentation des frais de scolarité, à revoir et à remettre dans un contexte humain. »

Les responsables politiques étaient au rendez-vous, avec notamment Nicolas Florian, maire de Bordeaux et son adjoint Pierre de Gaétan Njikam, initiateur de l'événent. La matinée s'est conclut par une intervention de Kako Nubukpo, économiste en ancien ministre togolais, puis par une animation musicale.

Ecomnews - Adds