Ecomnews - Adds
Clermontais : Z.A.E. Tanes Basses, la plus grande zone d’activité du Cœur d’Hérault
Par Dupleix Thomas publié le 26 OCT 2021 à 09:35
Fondée dans les années 1990 à l’entrée de Clermont l’Hérault, la Zone d’Activité des Tanes Basses est à ce jour la plus étendue de cette partie du département. Mais le bassin économique veut aussi s’adapter aux modes alternatifs de déplacements.

Une superficie de 50 hectares réunissant 140 entreprises pour un total de 700 emplois.

Pas de doute, les Tanes Basses sont belles et bien la zone d’activité économique – Z.A.E. – la plus étendue du Cœur d’Hérault. Des trois intercommunalités réunies sous cette appellation (Clermontais, Lodévois & Larzac, Vallée de l’Hérault), elle est aussi probablement l’une des plus dynamiques.

Elle bénéficie d’un accès direct notamment à Béziers et Montpellier via l’A75. « C'est près de l'autoroute que le potentiel économique est le plus intéressant », souligne Olivier Brun, vice-président de la Communauté de communes du Clermontais, en charge du développement économique.

Encore faut-il que les entrepreneurs s’emparent de ce potentiel. Et c’est là tout le rôle de la collectivité. « Nous devons accompagner les professionnels dans leur environnement, précise son président Claude Revel. Les écouter pour que leurs entreprises se sentent bien, y restent et surtout se développent. »

?id=UM2FFtt1mJiP4FTol5NJWpHmI49ocimn

C’est le cas de Salvador Pérez, directeur-fondateur de l’entreprise Chemdoc spécialisée dans les équipements du traitement de l’eau.

« On a réussi à trouver des personnes qualifiées, des ingénieurs venus de l’extérieur qui se sont installés ici et apprécient le cadre de vie sur place. » Résultat : Salvador compte bien rester sur Clermont l’Hérault pour au moins les dix années à venir, fort de ses 18 collaborateurs (entreprises et collectivités).

Objectif : doubler son chiffre d’affaires d’ici à 2024. D’autant que le marché du recyclage de l’eau est en devenir sur le bassin du Cœur d’Hérault.

Un projet de requalification

Si les Tanes Basses ont déjà révélé leur atout géographique, elles recèlent malgré tout un potentiel dynamique encore inexploité. La faute à des problèmes de signalisation et de circulation pointés par les associations « Les Tanes Basses », et « Clermont À Plein Cœur ».

C’est pour cette raison que la Communauté de communes du Clermontais porte un projet de requalification de la zone dans lequel elle prévoit des aménagements afin de favoriser la mobilité douce en mettant l’accent sur la circulation piétonne et la fluidification de la circulation automobile.

« Cette zone a besoin d’être adaptée aux nouveaux usages et mutations des modes de consommation », insiste le président Claude Revel qui rêve d’un « polygone à ciel ouvert » dans le futur.

Un travail sur la mutation et la densification de la zone est également envisagé, compte tenu des contraintes prescrites par le SCOT – Schéma de Cohérence Territorial. Mais la Communauté de communes du Clermontais peut compter sur le soutien d’acteurs privés et publics, au premier rang duquel l’Etat, par l’intermédiaire du tout récemment nommé Sous-préfet de Lodève, Éric Suzanne. « J'interviens en appui des collectivités territoriales, en tant que facilitateur d'un territoire. »

Un territoire probablement en pleine mutation quand on sait qu’il s’inscrit dans un département – l’Hérault – qui voit chaque mois un millier d’habitants supplémentaires s’installer, principalement pour raison économique.

Ecomnews - Adds