Ecomnews - Adds
La Corse : Redémarrage rapide autour de trois piliers
Par Sanya Maignal publié le 11 AOÛT 2020 à 09:17
Du fait de sa situation géographique, la Corse a été encore plus coupée du monde, son économie pratiquement à l'arrêt et le secteur principal, le tourisme, commence à peine et tout doucement à refonctionner. Si les professionnels craignent la catastrophe, la Chambre de commerce et d'industrie Bastia Haute-Corse met en place un plan de redémarrage qui permettrait aussi de nouvelles orientations.

Les commerçants et restaurateurs corses sont en détresse !

Comme ses confrères, Louis Rovère, restaurateur à Patrimonio déplore le calme de juillet et le mois de juin vide.

Comme partout en Corse dans ce village, connu pour son vin et son festival de guitare, on espère que les touristes viennent en août :

"Si non c'est la grosse catastrophe, on a perdu beaucoup d'argent, qui va rattraper tout ça ?", se questionne celui dont toute la famille est dans le tourisme à quelques petits kilomètres, à Saint-Florent, le Saint-Tropez corse.

Et en effet, du fait de sa position, cela risque d'être compliqué pour l'Île de Beauté.

La destination Corse étant une destination qui se prépare en avance, le tourisme est en berne, mais pas que !

?id=mh75PPXpcHopRo045VUIxmPOAg4LBVJ4

6,5 M€ pour soutenir l'économie dont 1,5 M€ directement pour les entreprises

De par sa situation géographique, l'île a été plus isolée que les autres régions françaises :

"La crise sanitaire a arrêté les flux en Corse et notre statut de l'île de méditerranée a été exacerbée car toutes les liaisons entre la Corse et le continent ont été arrêté", précise Pierre Orsini Vice-Président de la Chambre de commerce Bastia Haute Corse. L'impact a été dévastateur.

Outre la communication sur les aides de l’État,, la chambre consulaire a mis au niveau régional dès la fin mars le plan d'urgence comprenant des mesures de court terme, de défense et de réouverture, en complément et en partenariat avec les dispositifs de l'Etat et de la Collectivité de Corse, avec principalement 4 M€ pour la reconnexion Aérienne, 1,5 M€ pour le fonds Sustegnu et 1 M€ pour la reconnexion maritime.

Le Soustegnu (soutien) a permis aux entreprises d'obtenir un prêt différé de 18 mois avec la prise en charge des intérêts et des frais de dossier. "Il a malheureusement eu beaucoup de succès", précise le Vice-Président.

Au-delà de ce soutien la CCI a travaillé sur la relance de l'économie et surtout l'économie touristique. Si celle-ci représente officiellement 30% du PIB, en prenant en compte toutes les activités périphériques et connectées on est plutôt à 50-60% du PIB.

La première chose à faire était de reconnecter l'île avec le continent et les opérateurs aériens et maritimes ont joué le jeu.

De plus, l'importance a été donnée au côté sanitaire avec la prise de température sur les ports et aéroports. Une mesure de prévention pour les locaux et un message fort à destination des touristes ou futurs touristes. Une mesure qui rassure tout le monde.

?id=Iew18apimm0R4kgztehQBg2EdXQdFWJq

Le plan de sécurisation du démarrage à l'accompagnement

Sept entreprises corses sur dix ont fait appel au chômage partiel "qui a été, estime Pierre Orsini une vraie subvention de l'État. L'impact a été très fort avec les baisses de chiffres d'affaires de 50 % dans certains secteurs et certains domaines. Les entreprises ont été complètement à l'arrêt et l'Impact a été très fort".

Aujourd'hui la CCI a mis en place, en collaboration avec un grand cabinet, un plan de restructuration de l'économie. Cette période et ce plan permettraient, hormis le redémarrage, à l'économie corse de prendre de nouvelles orientations, de se restructurer différemment.

Ce "plan de sécurisation du démarrage, de l'accompagnement et au-delà", a été élaboré autour des douze filières identifiées comme stratégiques, réparties en trois groupes.

Quatre filières « clés » : tourisme, commerces et services de proximité, BTP, transports & logistique ; trois filières « souveraines » : santé & silver économie, énergies & développement durable, agri/agro ; et enfin cinq filières « d’avenir » : ICC, numérique, aéronautique, nautisme, cosmétique.

"Au delà du tourisme, la Corse a comme points forts l'écologie -le développement durable, l'agriculture raisonnée et bio- ainsi que les nouvelles technologies. Les filières sont intra-connectées et il est important de montrer le cap de l'orientation économique de la Corse et aussi de structurer avec de nouveaux outils avec une volonté très forte et un engagement très fort de la région dans ces nouvelles filières."

Les dirigeants de la CCI Bastia Haute Corse sont conscients qu'ils ne seront pas les seuls à frapper à la porte du Gouvernement.

Un courrier a déjà été envoyé à Bruno le Maire. Le premier pas pour un plan qui s'articule en trois temps : mobilisation de l’Etat, des acteurs économiques et des entreprises corses pour réussir le redémarrage économique sur les six prochains mois ; pérennisation des initiatives engagées ces dernières années et accélération de la transformation en profondeur du modèle économique corse et enfin le pilotage et la sécurisation du redémarrage économique.

Consciente que la pandémie n'est pas finie, la CCI reste en veille "dans le cas où nous aurions à nous re-confiner où avoir quelques obstacles pour le redémarrage économique".

?id=5OMgYFlf8YbK1k1BS2kse9362Xjnl8ZQ

Ecomnews - Adds