Ecomnews - Adds
Rencontres territoriales : Kléber Mesquida dévoile ses nouveaux projets économiques pour l’Hérault
Par Rédaction publié le 13 AVR 2018 à 09:03
A l’occasion des 3 rencontres territoriales, le président du Département, Kléber Mesquida, a dévoilé les nouveaux enjeux de l’Hérault. Avec un budget de 1,5 millard d’euros, le Département projette de développer notamment l’ingénierie, la culture, le numérique et l’oenotourisme.

C’est face à une salle comble que Kléber Mesquida, Président du Département, a expliqué les nouvelles politiques de l’Hérault aux côtés des vice-Présidents du Conseil départemental Patricia Weber, Pierre Bouldoire, Renaud Calvat, Jean-Luc Falip, Claude Barral et du délégué à la viticulture Yvon Pellet.

« L’objectif était d’expliquer aux responsables locaux les défis que nous avons à relever et les moyens que nous mettons en oeuvre » détaille le président.

Des projets établis autour de six grands axes

D’abord, la réorganisation territoriale des solidarités. Le Département prévoit ainsi de faciliter et améliorer l’accès des Héraultais aux services de solidarité pour répondre aux besoins des habitants.

Sur un budget de 1,5 milliard d’euros, il prévoit 750 millions d’euros d’aides « à l’enfance, à la famille, aux personnes handicapées, aux personnes en perte d’autonomie et également à toutes les actions d’insertion » explique le président Mesquida.

Des mesures qui devront notamment permettre d’améliorer la prise en charge des 2 400 enfants placés à l’aide à l’enfance sur le territoire mais aussi le déploiement dans la ville de Béziers d’une plateforme d’orientation pour les bénéficiaires du RSA.


?id=4pbCtPWLzLFChDiehUZ4lPGkxF8jF3hq
Le Conseil départemental a également fait de l’ingénierie une de ses priorités avec la création de l’agence Hérault Ingénierie. Cet établissement public apportera aux collectivités des conseils techniques, juridiques ou des aides financières dans le domaine de l’eau potable ou de l’assainissement.

Une partie des 147 millions d’euros alloués à l’aménagement du territoire seront ainsi destinés à l’appui des projets des communes par cette agence.

Le budget restant servira notamment à aménager et entretenir 4 500 km de routes et 122 km de pistes cyclables, mais aussi à construire le bâtiment Alco et mettre en place des contrats de performance énergétique dans les collègues et grands sites Alco et Pierresvives.

Autre cheval de bataille du Département : la fibre numérique. Un réseau très haut débit, nommé Hérault Numérique, sera construit par le délégataire Covage.

La filière de l’entreprise, Hérault THD, aura pour mission de concevoir, construire, commercialiser et exploiter un réseau devant raccorder, d’ici 2022, 100% des Héraultais à la fibre optique. Avant 2019, 15 000 foyers et entreprises devraient être raccordables à la fibre optique.

La plus grande partie de l’investissement sera pris en charge par Covage pour un montant de plus de 350 millions d’euros. L’Etat devrait financer les 10% restants, soit 33,5 millions d’euros.

?id=au7u0VXs4azYDg81aDPkYZZqjmUzM5sT
La culture a également toute sa place dans la politique du Département. Il lui consacre cette année un budget de 12,4 millions d’euros destinés à soutenir les associations culturelles, les expositions et des festivals incontournables tels que Printemps des Comédiens, Folies d’O, Arabesques et festival d’Hiver.

Les fonds servent également à la création du domaine de Bayssan à Béziers d’un festival de musique médiévale programmée en juillet ainsi que d’un festival jeune public qui se tiendra du 19 au 20 mai avant une grande tournée sur tout le territoire.

D’ici 2019, le domaine de Bayssan sera côté d’un nouveau théâtre, d’un amphithéâtre et d’équipements culturels, de loisirs et multisports.

Autre grande nouveauté de la politique du Département : la signature d’un partenariat avec la Chambre d’agriculture pour répondre aux besoins en matière d’irrigation.

L’Hérault compte actuellement 34 500 hectares de surfaces irriguées dont 72% par le réseau hydraulique régional. Le Département s’est engagé sur un plan d’actions à court terme sur 5 ans avec objectif d’irrigation de 20 000 hectares d’ici 2030.

Pour cela « tout le monde devra faire un effort, de l’agriculteur qui devra payer sa contribution à la commune » prévient Yvon Pellet, conseiller départemental délégué à la Viticulture.

Le Département pourrait notamment puiser dans les réserves colinaires mais aussi des lieux plus touristiques. « On a oublié trop longtemps que le Salagou a été fait pour l’agriculture, pour l’irrigation », prévient Yvon Pellet.

Le vin aura également été au centre des discussions des rencontres territoriales. L’Hérault est le premier département viticole d’Occitanie, et le second de France mais le Département veut aller plus loin.

« Nous avons vocation de faire de l’Hérault la première destination viticole » explique Claude Barral, délégué au développement économique et au tourisme. Ce projet a ainsi donné naissance à l’Oenotour de l’Hérault, un guide, unique en France, reliant 515 kilomètres de route des vins avec 59 caveaux étapes.

?id=E4r4Z9gNU1MiIzcXlB33Q93mFPBaNBnq
Ecomnews - Adds