Ecomnews - Adds
Quelle est la stratégie de la CCI de l’Hérault pour la croissance économique du bassin de Thau ?
Par Fiona Urbain publié le 29 MARS 2018 à 10:17
Le 27 mars, dans le cadre d’Escale à Sète, André Deljarry, Président de la CCI Hérault, 1er Vice-Président de la CCI Occitanie, présentait les propositions de la CCI pour l’avenir économique du bassin de Thau.  

Dans le cadre de son plan stratégique 2017 – 2021 « 100% au cœur de l’éco / 100 % au cœur de l’Hérault », la CCI 34 a mis en place plusieurs groupes de travail dédiés à l’Economie de la Mer.
Objectifs : dynamiser l’économie du littoral en travaillant sur la qualité de la « Destination Hérault » avec les professionnels de l’agroalimentaire, les commerçants, les acteurs du tourisme et du nautisme.

Les différents groupes de travail mis en place ont chacun exposé les projets structurants qui viendront booster la croissance des entreprises dans les différents secteurs.

200 000 croisiéristes en 2020

A Sète, le nombre de passagers de croisières est passé de 2000 par an à 50 000 en 7 ans. En 2017, les retombées économiques totales des croisières sur le Bassin de Thau ont été de 5,7 millions d’euros.

André Deljarry, le Président de la CCI de l’Hérault a indiqué que l’objectif était de porter le nombre de croisiéristes à 200 000 sur les trois prochaines années, engendrant près de 20 millions d’euros de retombées économiques.

Pour cela, le port doit se faire connaître encore davantage auprès des professionnels du monde de la croisière. Il faut pouvoir retenir les croisiéristes qui partent en excursion vers la Cité de Carcassonne ou le Pont du Gard en mettant en lumière les atouts de l’Hérault : la conchyliculture, le thermalisme, le nautisme, la viticulture ou encore l’œnotourisme. Et enfin, améliorer l’accueil des croisiéristes.

?id=3m8qxjLAOW9OHfrFbnxFY614apEyog4k

Structurer l’offre commerciale

Pour répondre aux nouvelle exigences des clients, la CCI souhaite mettre en place :

  • L’ouverture des commerces le dimanche : 65 % de commerçants ont déclaré vouloir ouvrir les dimanches et 88 % les lundis selon un sondage réalisé par la CCI.
  • Une « Charte croisière », a été proposée par le Club des croisières (composé du Port de Sète, de la CCI Hérault, de la ville de Sète, la région Occitanie, le Département de l’Hérault et Sète Agglopôle Méditerranée) pour les commerçants qui s’engagent à respecter une certaine qualité d’accueil et de services.
  • Une sensibilisation des commerçants sétois aux différentes formations qui s’offrent à eux, comme notamment un perfectionnement dans les langues étrangères
  • La formation, dans le cadre d’une POEC (Préparation Opérationnelle à l’Emploi Collectif), de 10 collaborateurs sur des postes « Accueil Croisiéristes » qui seront à disposition des entreprises fin mai.

Créer un écosystème des entreprises du nautisme

Sur le territoire héraultais, 250 entreprises font partie du secteur du nautisme. Pour développer la filière, l’idée est de créer une Zone Economique Nautique (ZEN) qui a pour objectif de créer une structure d’accueil des entreprises du nautisme et des sports nautiques légers de type pépinière avec différents pôles (R&D, Fabrication, Commercialisation, Événementiel, École et formation).

Le projet Sealab porté par la CCI de l’Hérault, consiste au déploiement de plateformes flottantes et connectées, pour observer les tendances des pratiques nautiques, tant des résidents que des touristes, tout en assurant la sécurisation de ces dernières et de l’environnement : zone de tests de nouveaux produits et usages, avec une forte intégration du numérique pour récolter des données.

Créer un pôle d’excellence des produits de la mer

Le bassin de Thau concentre 90% de la production conchylicole de méditerranée française, ce qui en fait le 2ème pôle économique agricole de l’Hérault après la viticulture.
La CCI travaille sur 7 projets structurants pour la filière alimentaire :

  • La création des synergies entre les différentes actions de communication des acteurs de la filière pour gagner en lisibilité et en visibilité auprès des consommateurs.
  • La mise en place de missions de promotion des produits locaux pour faire connaître les produits de la filière.
  • La création de circuits d’excursions / dégustations pour valoriser et faire découvris les produits.
    La valorisation des produits dans des points de vente existants et sites stratégiques du territoire.
  • La création d’un guide des bonnes pratiques d’approvisionnement à destination des restaurants afin de les inciter à avoir recours aux produits locaux.
  • L’accélération des produits locaux dans les réseaux de distribution, les restaurants et grossistes en créant un RDV BtoB dédié aux produits de la Mer sur un site emblématique du territoire.
  • La création de gammes de produits transformés adaptés aux habitudes de consommation et aux quantités/ qualités des ressources disponibles

?id=YMC2flGq2tFkZ1c5qlGgKUZB2ydGwSrt

Ecomnews - Adds