Ecomnews - Adds
Occitanie : Action Femmes Grand Sud : « Yes, they can » ou comment redonner confiance aux femmes de plus de 45 ans ?
Par Charline Poullain publié le 14 DEC 2020 à 10:14
Confinement ou pas, l’association Action Femmes Grand Sud agit pour l’insertion professionnelle des femmes de plus de 45 ans. Sa marque de fabrique, son essence, est de redonner confiance et de valoriser les aptitudes de chacune. Après Toulouse et Albi, une antenne va ouvrir à Montpellier.

Comment redonner confiance aux femmes de plus de 45 ans

« La Covid nous a donné un réel surcroît de travail. On a continué quasiment tous nos ateliers par Zoom et on a multiplié ceux de dynamisation, il y en a eu toutes les semaines car les personnes ont ressenti un véritable besoin d’échanger », explique Françoise Baraquin, présidente d’Action Femmes Grand Sud.

Il y a 9 ans, elle créait cette association qui aide les femmes de plus de 45 ans à retrouver un emploi ou à créer leur entreprise. Tous profils confondus, « elles ont souvent arrêté de travailler pour élever des enfants, certaines sortent d’un burn out, d’autres ont suivi leur conjoint en région toulousaine, ont vécu un divorce... » Avec un constat implacable : « Plus on avance en âge, plus c’est difficile de trouver un emploi, en Europe on est senior dès 45 ans... ».

Et entendre à tout bout de champ « à ton âge, avec la crise, ça ne recrute pas » n’aide pas... « Alors que nous on leur dit que tout est possible à condition d’y croire et que leur âge n’est pas un handicap mais plutôt un atout, assène posément Françoise Baraquin. Ce qui nous caractérise, c’est que l’on aide des femmes à retrouver confiance en elles ».

Pour y arriver, la méthode est structurée. « On leur affecte un consultant pour des réunions en face à face. » A compléter par une préparation aux entretiens d’embauche, mais aussi de nombreux ateliers ayant trait au bien-être : sophrologie, pleine conscience, image de soi, psychologie positive… Et le fameux atelier de dynamisation, qui a lieu tous les 15 jours est obligatoire. Inlassablement, les personnes y travaillent leur « pitch », une présentation succincte d’elles-mêmes. Des échanges se mettent en place, le réseau aussi.

?id=9q3NvxOhYUm9pneOPzE08KNslW3dcOj5

« Y croire et s’y voir »

Depuis sa création, l’association a accompagné 350 candidates, dont 75% ont retrouvé un emploi, créé leur activité ou repris une formation. Les entreprises sont diverses et variées : communication et graphisme, restauration, aide à domicile, relooking et décoration d’intérieur, art thérapie, yoga, organisation de séjours rando-détox...

Ainsi Caroline Amiand a changé de vie au tournant de la cinquantaine. « J’avais travaillé 10 ans dans l’hôtellerie et le tourisme, avant d’élever mes enfants pendant 15 ans », résume-telle. De son accompagnement par Action Femmes Grand Sud, elle retient « la bienveillance, le non jugement et le respect ».

Cette nageuse hors paire compétitrice en masters, multi-championne de France, propose désormais des prestations de relaxation « à l’eau mais au sec ». Les participants restent sur leur tapis, suivent le son de sa voix et le bruit de l’eau, se laissant guider dans une douce détente.

Pendant le confinement, elle est intervenue à distance, notamment auprès de personnes handicapées.

Développant le concept auprès de particuliers et d’entreprises, Caroline Amiand est devenue bénévole pour l’association. Ils sont 35 à accompagner des femmes sur les antennes de Toulouse et Albi. Et un bureau doit ouvrir à Montpellier, avec 20 consultants supplémentaires.

Ecomnews - Adds