Ecomnews - Adds
Alcool, drogues… Comment aider les entreprises à lutter contre les addictions au travail ?
Par Johanne Eva Desvages publié le 18 MARS 2019 à 14:00
L’Ametra, principal acteur de santé au travail, a créé un outil pour mieux prévenir les addictions en milieu professionnel. Cette association montpelliéraine figure aux premiers rangs des services de santé au travail de la région Occitanie, avec près de 11 000 entreprises et 120 000 salariés suivis.

L’an passé, l’Ametra a réalisé plus de 56 000 visites médicales et 5 000 interventions en entreprise. Ce service de santé au travail a fait de la lutte contre les addictions une de ses priorités, car depuis plusieurs années, il enregistre une forte recrudescence des questions liées aux addictions.

Les TPE, qui représentent 95% du tissu Montpellierain de l’Ametra, « sont souvent démunies face à cette problématique » nous explique la directrice Véronique Demon.

En termes sanitaires et humains, mais aussi sur un plan socio-économique, lutter contre les conduites addictives et les addictions au travail est devenu un enjeu majeur. D’après les chiffres de l’Insee, plus de 16% des actifs déclarent consommer de l’alcool sur leur lieu de travail et plus de 16% des salariés ont recours à des médicaments psychotropes.

10 à 20% des Arrêts de Travail (AT) seraient également en lien avec l’alcool. Ces dernières années, l’Ametra a engagé un travail de fond, piloté par le Dr Marcou, pour identifier et traiter au mieux ces pathologies.

De ce travail, en ressortent plusieurs outils et méthodes qui ont été mis récemment à la disposition des entreprises. Un kit Addicto permet notamment d’informer les chefs d’entreprises sur les conduites addictives et les conseiller dans les démarches à suivre.

?id=LXezIB7WlzxpMMeAHqxdP9oPhQjKkehw

Pour identifier les consommations à risque de dommages physiques, psychiques ou sociaux, et trouver ensuite des solutions adaptées à chacun, les équipes de l’AMETRA ont également été formées au Répérage Précoce Intervention Brève (RPIB).

Des liens sont créés avec les addictologues afin d’accompagner les salariés malades ou ayant une consommation à risque pour leur santé vers le soin. Des aménagements relatifs au travail du salarié peuvent aussi être préconisés. "Je me souviens d'un homme qui avait excessivement augmenté sa consommation d'alcool après que son employeur lui ai demandé d'effectuer des déplacements professionnels. Il était régulièrement sur la route, dormait à l'hôtel, et ne le supportait pas. Dans ce cas, nous avons dû demander à l'entreprise de rétablir un mode de travail plus sédentaire pour ce salarié".

Outre les rendez-vous individuels, l’Ametra a également organisé en 2018 des rencontres avec les entreprises. Ces sessions collectives de prévention, visent à sensibiliser et informer les employeurs et les salariés sur les consommations de substances psychoactives, conseiller les dirigeants en matière de prévention, mais aussi rappeler les responsabilités de chacun. « On pense que couvrir ce type de comportement est pour le bien du salarié alors que c’est tout le contraire » nous explique le Dr Marcou.

Ces rencontres, qui ont pour but de briser le tabou sur la problématique des addictions, se poursuivront le 3 avril 2019.

Ecomnews - Adds