Ecomnews - Adds
Alpes-Maritimes : Comment la CCI Nice Côte d'Azur accompagne la reprise et la transmission des entreprises ?
Par Sanya Maignal publié le 11 MAI 2022 à 10:00
Dans les Alpes-Maritimes, près de 25 000 entreprises sont à transmettre, représentant plus de 110 000 emplois salariés. La CCI Nice Côte d’Azur dispose d’un dispositif d’accompagnement à la reprise et à la transmission dont l’objectif est d’aider les chefs d’entreprises à mieux organiser la transition. Les pièges à éviter ou les bonnes pratiques à adopter ont fait l’objet de la matinale de la transmission d'entreprise que la chambre consulaire a organisé en collaboration avec ses partenaires, Axa et La Banque Populaire Méditerranée. Reportage.

Afin d’accompagner près de 25 000 patrons maralpins dont les entreprises sont à transmettre, la Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur possède un dispositif d’accompagnement à la reprise et à la transmission.

« La transmission-reprise est un des enjeux majeurs de l’économie azuréenne afin de préserver nos emplois et nos savoirs faire, explique Philippe GARCIA, élu de la CCI, référent pour les transmissions et cessions des entreprises.

Ce dispositif permet d’orienter nos chefs d’entreprise et nos futurs entrepreneurs vers l’ensemble des professionnels de la transmission/reprise. A la lumière du contexte actuel, la préparation à la cession/reprise devient essentielle car pour reprendre il est important de connaître l’environnement économique dans lequel l’entreprise évolue pour anticiper et prévoir les changements ».

Concrètement ce dispositif a plusieurs objectifs : sensibiliser les chefs d’entreprises aux enjeux de la cession de leur entreprise pour qu’elle s’opère dans les meilleures conditions, favoriser le maintien du tissu économique local en veillant à la sauvegarde des savoir-faire et enfin assurer un accompagnement efficace tant auprès des cédants que des repreneurs.

?id=p34gR29dWRWnANUQovhcDTjhFiCBrlMz

Le choix des partenaires est primordial

« Les chefs d'entreprise des Alpes-Maritimes qui ont entre 60 et 65 ans ont connu la crise économique de 2008, le drame de 2016, le covid, les conséquences de la guerre en Ukraine... et expriment aujourd'hui un sentiment de lassitude pour redémarrer ou continuer l'activité », explique Philippe GARCIA.

Selon l’étude de l’observatoire économique de la CCI, 35 % du tissu économique azuréen et plus de 110 000 emplois sont concernés par la transmission, le taux de dépendance de l’emploi s’établit à 51,3 % en 2020.

« Aujourd'hui la vraie problématique c'est la dynamisation de la transmission, continue l’élu. Notre rôle est de mettre en relation tous les spécialistes pour pouvoir dynamiser, aider et donner de bons conseils. »

Dans cette démarche, les principaux partenaires sont les banquiers, financiers et les assureurs.

« Les banques sont là pour donner des clés, des modes opératoires, des codes aux porteurs de projets, aux entrepreneurs pour qu’ils arrivent à faire comprendre leur projet et à optimiser leur niveau de réussite, précise Gilles MARTINEZ - Directeur de groupe adjoint, Banque populaire Méditerranée. Il faut bien s'entourer, avoir de bons partenaires, bien préparer son dossier, bien se renseigner et surtout arriver à convaincre les décideurs », insiste le MARTINEZ.

L’autre partenaire indispensable est l’assureur, « un expert des risques entreprise. En tant que chef d'entreprise vous prenez beaucoup de risques, avertit Nicolas SEPTIER - Inspecteur commercial, AXA. L'assureur va évaluer les risques, les catégoriser et mettre en face des solutions assurantielles qui peuvent permettre de préserver la trésorerie d'entreprise. »

?id=huFetBLN60hlh4de9drfsZvwmPov0Gtk

La transmission dans les Alpes Maritimes en chiffres

L’étude réalisée par Sirius, l’observatoire économique de la CCI, montre qu’il existe un lien positif entre la proportion des entreprises potentiellement à transmettre et la taille de l’entreprise.

Ainsi, les entreprises de moins de 6 salariés représentent 89 % des entreprises basées dans les Alpes-Maritimes. 34 % d’entre elles sont potentiellement à transmettre dans les 15 ans à venir.

A contrario, 59 % des entreprises employant 50 salariés ou plus sont concernées par les enjeux de la transmission, soit 25 points de plus par rapport aux entreprises employant moins de 6 salariés.

Le départ à la retraite, principale raison motivant la transmission

L’âge moyen des chefs d’entreprise concernés par les enjeux de la transmission est de 64 ans et varie en fonction des secteurs d’activité. Ainsi, les dirigeants du secteur de la construction sont globalement plus jeunes (62 ans et 10 mois) que les chefs d’entreprise des autres secteurs.

L’âge du dirigeant reste le facteur prédominant dans la décision de transmission. En effet, 73 % des dirigeants ont choisi le départ à la retraite comme l’une des raisons motivant la transmission de leur société.

Les deux autres raisons les plus souvent évoquées par les chefs d’entreprise des Alpes-Maritimes sont un changement d’activité professionnelle (12,3 %) et des difficultés conjoncturelles (10,4 %).

Au niveau sectoriel, la part des dirigeants ayant envisagé la transmission se situe entre 16,2 % pour les entreprises de l’industrie et 26,1 % pour les commerçants.

Pour plus de 67 % des entrepreneurs intéressés par la transmission, le repreneur potentiel de l’entreprise est soit un tiers (42 %) soit une autre entreprise (25 %). Cette tendance souligne l’importance de l’accompagnement et de la mise en relation efficace entre les cédants et les repreneurs qualifiés.

Ecomnews - Adds