Ecomnews - Adds
Le bouclier social, priorité du Département de Haute-Garonne pour 2022
Par Charline Poullain publié le 28 JAN 2022 à 09:49
Poursuite du bouclier social pour répondre à l’urgence, budget taillé sur mesure et expérimentation d’un revenu minimum pour les 18-24 ans : au Conseil départemental de Haute-Garonne, l’année 2022 reste placée sous le signe de l’action sociale. Interview de son président Georges Méric.

Entrée en matière bien sombre pour les vœux du président du Conseil départemental de Haute-Garonne. Crise sanitaire, précarité, défiance... « Les plus pauvres sont toujours plus pauvres pendant que les dividendes du Cac 40 s’envolent », gronde Georges Méric, rappelant la nécessité de l’élargissement du « bouclier social ».

En Haute-Garonne, le plan d’urgence pour faire face à la crise se montait à 80 M€ en 2020 et à 50 M€ pour 2021. Les 118 440 bons solidaires distribués depuis près de deux ans représentent 17,6 M€, « et on continue, c’est acté pour 2022 ».

Esquisse du budget 2022

Le budget primitif sera adopté en mars, mais déjà Sébastien Vincini, vice-président en charge des finances, en donne les orientations : « Le premier budget de la nouvelle mandature va répondre à l’urgence sociale. L’action sociale est le pilier, l’ADN de notre collectivité ». 875 M€ y seront consacrés, soit la moitié du budget.

S’y ajoutent « 250 M€ annuels d’investissements directement injectés dans l’économie haut-garonnaise et 195 M€ auprès des territoires pour des équipements », dont quatre nouveaux collèges en 2022.

Sébastien Vincini précise que le taux de désendettement est inférieur à 2 ans, alors que les collectivités de même taille se rapprochent des 10 ans. « Lorsque l’on va devoir faire face à la LGV et aux transports toulousains, on aura la capacité de contribuer solidement, on pourra lever de l’emprunt. »

?id=9UlpV0C3ldZJcKDobrqh2II2h1nqPtWY

Revenu de base

« Le 14 décembre dernier, nous avons voté l’expérimentation d’un revenu minimum pour les 18-24 ans », rappelle Arnaud Simion, vice-président en charge de l’action sociale de proximité, des Maisons des solidarités et de l’insertion, nous avons reçu des milliers de candidatures ».

À compter du 1er avril, 1 000 jeunes haut-garonnais tirés au sort recevront une aide mensuelle de 350€ ou 500€, pendant un an et demi. Soit un budget de 9 M€.

L’appel à candidature est ouvert jusqu’à mi février sur le site du Département où il est écrit : « Le Conseil départemental porte l’ambition d’élaborer un nouveau modèle de solidarité pour palier les défaillances du système de protection sociale actuel ».

Cette expérimentation sera évaluée par un laboratoire interdisciplinaire de l’université Jean-Jaurès de Toulouse, qui mènera ses analyses par rapport à un groupe test de 1 000 jeunes ne bénéficiant pas d’aide. « Cela permettra aux scientifiques et au Conseil départemental d’évaluer réellement les effets positifs que nous supposons », explique Arnaud Simion.

Enfance

250 places d’accueil pour l’aide sociale à l’enfance doivent s’ajouter cette année aux 675 créées depuis 2020. Entre 2015 et 2020, le budget de la protection de l’enfance a augmenté de 63,5%, passant à 209 M€ l’an passé.

Mais les effectifs sont insuffisants pour suivre toutes les familles qui le nécessitent. Le Département dit se heurter à un problème de recrutement.

Santé

« Le Conseil départemental va aider les collectivités à créer des maisons médicales pluridisciplinaires », annonce Georges Méric.

Et contre une bourse d’étude du Département, de futurs médecins s’engageront à rester 5 ans en Haute-Garonne.

Ecomnews - Adds