Ecomnews - Adds
Les emplois menacés face à l’essor de l’intelligence artificielle
Par Julie Varray publié le 14 MAI 2018 à 09:00
L’intelligence artificielle est en plein essor ces dernières années, cependant, est-ce qu’un robot pourra effectuer toutes les tâches que les humains font ? Voici les résultats des études.

Le marché de la robotisation est en constante évolution.

En 2018, on estime à environ 10 milliards de dollars le chiffre d’affaires mondial des programmes d’intelligence artificielle.

Selon Tractica, ce chiffre d’affaires devrait atteindre 89,8 milliards de dollars d’ici 2025, soit une évolution de 79,8 %.

À côté de cette évolution, on note qu’en l’espace de 3 ans, l’achat de robots en France a doublé.

?id=5YDOBogg7WBcGEmR2pSoCOrJ85nDy1a8

Source chiffres : Le monde

Face à ce constat, il est d’ores et déjà possible de se demander si l’avenir de nos métiers n'est pas en péril ?

Tout dépend des métiers exercés. En effet, seulement 10 % des métiers sont menacés de disparaître avec cette robotisation. Cependant, on estime que la moitié des métiers pourront être automatisés jusqu’à plus de 50 % !

Parmi ces métiers on retrouve les agents d’entretien (320 215), les ouvriers qualifiés des industries de process (95 545), les ouvriers non qualifiés de la manutention (85 965), les ouvriers non qualifiés des industries de process (83 304) et, enfin, les aides à domicile et aides ménagères (76 198).

Mettre un robot à la place d’un humain ne sera pas bénéfique dans tous les secteurs, puisqu’un robot n’a pas le « sens de la réalité », ni même d’intelligence émotionnelle.

On retient 10 compétences humaines qui sont indispensables et qu’un robot n’arriverait pas à acquérir :

  • La résolution de problèmes complexes
  • L’esprit critique
  • La créativité
  • Des capacités managériales
  • Le travail d’équipe
  • L’intelligence émotionnelle
  • Le jugement et la prise de décision
  • L’esprit de service (c’est-à-dire chercher des solutions pour aider les gens)
  • L’esprit de service
  • La négociation
  • Enfin, la souplesse intellectuelle

Ainsi, certains métiers comme les enseignants, les chercheurs, les métiers de l’art et de l’artisanat, ou encore les métiers mobilisant des compétences relationnelles et d’empathie seront préservés par ce changement.

Les métiers de l’artisanat comme la maroquinerie par exemple sont très techniques et demandent un savoir faire spécial et minutieux, ce n’est pas un robot qui se permettrait de le faire, du moins pas dans les années à venir, car la technologie ne viendrait pas satisfaire les tâches demandées, ou alors imparfaitement.

Ecomnews - Adds