Ecomnews - Adds
Plan pauvreté : le Département de l'Hérault signe une convention avec l’État
Par Fiona Urbain publié le 09 JUIL 2019 à 09:20
Alors que près de 20% de la population héraultaise vit dans des conditions précaires, le Département vient de signer avec l’Etat « la convention d’appui à la lutte contre la pauvreté et d’accès à l’emploi 2019- 2021 ». Pour quels objectifs ? Interviews de Kléber Mesquida, Président du Département de l’Hérault et Olivier Noblecourt, Délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté

Le 5 juillet, Kléber Mesquida, Président du Département de l’Hérault, Olivier Noblecourt, Délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté et Pierre Pouëssel, Préfet de l’Hérault ont donc signé « la convention d’appui à la lutte contre la pauvreté et d’accès à l’emploi 2019- 2021 ».

En effet, l’Hérault compte 39 000 allocataires du RSA. Le taux de pauvreté en 2014 était de 19,8%, soit 1 personne sur 5.

2,8 millions d'€ annuels pour la lutte contre la pauvreté

Le Département et l’État attribueront, à égalité des deux parties, une dotation de 1,4 million d’euros par an, soit un total annuel de 2,8 millions d’euros sur les 4 prochaines années.

Les actions concernent : la protection de l’enfance : enfants à la rue et en bidonville, l’insertion des allocataires du RSA, le logement des familles monoparentales, le développement d’aide alimentaire de qualité avec la production locale tout en s’inscrivant dans la lutte contre le gaspillage alimentaire, le développement d’un réseau de crèches permettant d’accueillir en priorité des enfants vivant dans un contexte de précarité économique et ou sociale.

« La lutte contre la pauvreté commence dans les crèches car c’est à ce moment que les enfants apprennent le langage. Nous voulons que les enfants les plus pauvres aient accès aux crèches alors qu’aujourd’hui ils en sont exclus » a explique Olivier Noblecourt, Délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté.

?id=CPRA9KMfhI04E5urMzAFOCe84zmatFRB

L’Hérault, Département exemplaire en matière de solidarité.

La CAF et le Département de l’Hérault testent un nouveau dispositif pour simplifier et accélérer le parcours des nouveaux bénéficiaires du RSA vers l’insertion.

Un « Entretien Giratoire », permet de faire le point sur la situation personnelle de l’allocataire et se conclut par la signature d’un contrat d’orientation fixant les étapes du parcours d’insertion.

Il repart ainsi avec un rendez-vous, soit avec Pôle emploi, soit avec une association, conventionnée avec le Département de l’Hérault, ou encore avec un travailleur social (si une problématique sociale doit être prise en compte avant une orientation vers l’emploi).

« Avant il fallait plus de 3 mois de procédures et d’entretiens successifs pour entrer dans le parcours d’insertion. Avec les entretiens giratoires où tous les services sont réunis autour de la table, au bout d’un mois la personne est en parcours d’insertion, c’est un gain de temps appréciable mais aussi un réconfort moral pour le bénéficiaire » assure Kleber Mesquida.

Chaque année, 5 000 bénéficiaires du RSA retrouvent le chemin d’une activité professionnelle.

?id=DOb5LwyIxSrQ3YFYdvmRJNRwOXey3EZ4

L’action sociale : une compétence majeure du Département

Le Département de l’Hérault consacre plus de 50% de son budget aux dépenses de solidarité, tout au long de la vie des citoyens :

  • 143 M€ pour la protection et la prévention des familles
  • 150 M€ pour les personnes handicapées : hébergement, insertion sociale et aides financières ;
  • 106,6 M€ sont versés aux 45 610 bénéficiaires de l’Allocation personnalisée d’Autonomie
  • 254 M€ sont versés au titre de l’allocation de Revenu de Solidarité Active qui concerne 39 547 bénéficiaires (dont 30% des femmes seules avec enfants).

?id=hboS8CMS9ZU1zKOZ2EL4C2nzltQEbpg8

Ecomnews - Adds