Ecomnews - Adds
En direct de Marseille : Jean-Claude Gaudin ira jusqu’au bout de son mandat
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 22 JAN 2019 à 19:15
Fragilisé par le drame de la rue d’Aubagne mais toujours combatif, le maire de Marseille, lors des vœux à la presse, est longuement revenu sur la crise du logement que traverse la Cité phocéenne depuis novembre 2018. Devançant les questions des journalistes, il a affirmé qu’il irait jusqu’au terme de son mandat. Durant les quinze prochains mois, il va s’atteler à faire reculer le chômage dans la ville.

Le ton grave, Jean-Claude Gaudin affirme, en introduction de ses vœux, que le drame de la rue d’Aubagne, ayant causé la mort de huit personnes, marquera son dernier mandat tout en rendant hommage aux victimes et à leurs familles.

« Un maire doit savoir tout gérer ces situations de peine, de tristesse, de chagrin, de désarroi. Il doit aussi repousser les commentaires désobligeants et les accusations indignes et cruelles injustices pour poursuivre les missions pour lesquelles il a été élu. S’il y a une responsabilité c’est la justice qui le dira », a affirmé Jean-Claude Gaudin, le 21 janvier à l’Hôtel de Ville, devant près d’une centaine de journalistes.

Le maire qui s’attendait à des « questions perfides » de la presse notamment sur une fin anticipée de mandat les a pris de court en annonçant qu’il irait jusqu’au bout. « Je suis plus que jamais au travail pour les 15 prochains mois », dit-il, tout en invitant « ses amis politiques à se mettre d’accord » dans la perspective des municipales de 2020.

?id=gDRlXihGaSLOzotaszS5vKNg6nhoOxNP

« Recul du chômage, une de mes fiertés »

En 2019, le maire met l’emploi au rang de ses priorités. « Le développement touristique de la ville a permis de faire reculer le chômage de près de 23% en 1995 à 12% aujourd’hui. C’est une de mes fiertés. La ville est plébiscitée par plus de 5 millions de touristes. Notre cité devrait séduire près de 2 millions de croisiéristes cette année », annonce le maire, se félicitant de l’ouverture de 21 lignes aériennes cette année dont une sur Moscou en juin prochain.

Dans le domaine médical, le maire a réaffirmé son opposition à ce que l’on touche à l’Hôpital Sainte-Marguerite, souhaite la relance du projet du grand hôpital privé Saint-Barnabé. Il invite également « l’AP-HM à développer sur les terrains qui entourent l’ancien hôpital Salvator une zone pour les start-up liées à la recherche médicale ».

S’agissant des transports, il a rappelé l’ouverture de la L2 fin 2018 qui a « permis de réduire de 30% le trafic sur le Jarret », annoncé la poursuite du décongestionnement de la ville avec l’aménagement du boulevard Urbain Sud grâce à l’aide financière de « 218 M€ du Conseil départemental ». Il a également évoqué la future piste cyclable qui verra le jour dans trois ans sur la Corniche et les études pour la réalisation d’un téléphérique vers Notre-Dame-de-la-Garde.

En matière d’aménagement, le maire a annoncé sa volonté d’étendre « le parc Borély jusqu’à la mer » en reprenant l’hippodrome à l’expiration de la convention avec son gestionnaire.

A la tête de la deuxième ville de France avec 862 000 habitants, Jean-Claude Gaudin a également souligné la diminution de 5% de l’endettement de Marseille, soit 90 M€ en 2018.

« Sur les cinq dernières années, nous aurons réduit cette dette de 300 M€ », affirme-t-il résolu à poursuivre son action jusqu’au dernier jour de mandat. « En 2019, je ne vais pas manquer d’ambition, ce sera une grande année de travail », a annoncé le maire, au terme d’un discours de deux heures.

?id=gYsf5rd0LHpBWFtkyTUyKAyFvC9XpKRt

Ecomnews - Adds