Ecomnews - Adds
Jean-Luc Gleyze : « L'Etat doit prendre en charge une partie des allocations de solidarité »
Par Guillaume Ptak publié le 04 JUIL 2019 à 09:03
Les élus de Gironde étaient réunis fin juin en séance plénière dans l'hémicycle de l'Hôtel du Département pour voter 29 dossiers, dont celui du budget supplémentaire.

Caractérisé par un renforcement de la péréquation horizontale et verticale, le budget supplémentaire pour l'année 2019 se traduit par des ajustements mineurs par rapport au Budget Primitif (moins de 2%).

Ainsi, les recettes de fonctionnement nouvelles s'élèvent pour cette année à 16,9 millions d'euros, dont 10 millions proviennent du fonds de stabilisation et 4,4 millions du fonds de péréquation des droits de mutation à titre onéreux.

Une augmentation des dépenses de fonctionnement

Les dépenses de fonctionnement nouvelles s'élèvent quant à elles à 23,9 millions d'euros, dont 11,8 millions procèdent à des contributions de solidarité entre départements : « L'Etat nous contraint dans l'évolution de nos dépenses de fonctionnement, explique Jean-Luc Gleyze, président du Département.

Aujourd'hui nous sommes obligés de reverser une partie des recettes que nous percevons vers d'autres Départements qui sont moins bien dotés. Dans ce cadre là, cela représente effectivement un déséquilibre au niveau des recettes, alors que nos charges augmentent. »

Un besoin de financement de 7 millions d'euros

Parmi les dépenses, le budget des solidarités humaines s'est notamment renforcé de manière nette, avec 2,3 millions d'euros supplémentaires. Les propositions de recettes étant inférieures aux nouvelles dépenses, il apparaît un besoin de financement de 7 millions d'euros.

Pour Jean-Luc Gleyze, l’État doit s'engager : « Il faut impérativement que l'Etat s'engage pour prendre en charge une partie des allocations de solidarité, et prendre en charge les mineurs non accompagnés ».

Du point de vue des investissements, le Département s'engage pour renforcer le patrimoine départemental : 7,3 millions d'euros seront ainsi consacrés à la gestion des Espaces naturels sensibles, 1,6 million d'euros aux infrastructures routières et 1,16 million d'euros pour un projet de développement d'un domaine départemental structurant en Médoc, Nodris.

Mise en œuvre d'un budget participatif

Au cours de la séance plénière, les élus ont également voté, entre autres, la mise en place d'un budget participatif départemental dédié à la résilience, qui devrait s'appuyer sur un panel citoyen, une convention d'appui à la lutte contre la pauvreté et d'accès à l'emploi, et la contribution du Département au SRADDET, le Schéma Régional d'Aménagement, de Développement Durable et d'Egalité des Territoires de Nouvelle-Aquitaine, afin de garantir des services publics de proximité.

?id=tGnXxbt8ANbfQqtQDSQB90yrqZ2fIlYL

©Département Gironde

Ecomnews - Adds